Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

jeudi 12 juin 2014

Fracaso Matrimonio

Le Juli devant des Miuras c'était glamour. Si, l'évolution ultime du torero surdoué du XXIe siècle face à la résurgence animale brute du XVIIIe... Il y avait de quoi s'encanailler, en théorie...
Dans le journal aujourd’hui, Simon Casas se dit victime des frères Miuras qui l’ont si mal servi, sans possibilité aucune de contrôle ou vérification. Certes, on a toujours entendu dire que Miura envoyait ce qu’il voulait… ce qu’il avait… que ça plaise ou non… du moment que c’était estampillé ‘’Miura’’ ça avait pour effet de « valoir ce que de droit » comme on l’écrit en bas de lettres notariées… ce qui veut aussi dire que ça peut ne rien valoir, c’est selon le droit, justement… c’est vrai ou pas on en sait rien vu que « on » n’a pas les moyens de le savoir… Ouais, je bosse moi, messieurs… je ne peux pas venir déblatérer au bar 421 tous les soirs en m’envoyant des toros télévisuels et des pastagas polyglottés… en cette aspire solde d’ouvrier-masseur après une dure journée de lamentations pathologiques variées. Eh non, je ne travaille pas à la chambre des métiers ou au conseil général, moi, où l’on sort à seize ou dix-sept heure – sinon comment je vous soignerais, hein, bande de lombalgiques chroniques à la petite semaine ? Bande de petits fonctionnaires réacs, grévistes en puissance, multi-affiliés aux clubs taurins de la ville pour vos entrées bodegas et autres voyages hispaniques à taux préférentiel ??? Hein ? Ecolos de pacotille qui prétendez tout savoir sur l’art du toreo et l’âme espagnole et n’êtes même pas torero dans votre propre cuisine où madame tient les poignards ; et pas plus romantique qu’un caniche en rut et aussi aventurier qu’un cumulard d’hémicycle, rien, seulement agrippé à vos privilèges, cramponnés à vos avantages sociaux de votre régime spécial, comme une moule à son rocher !!! Bèèèèrck !! Blblblblblblb….
Espèce de porta gayola cathartique ambulante, va… Et ça te plait de venir prendre des gifles ici, hein, tu te reconnais, tu rigoles, dans l’intimité de ta relation à ton écran, mais en public tu donnes le change, tu continues à faire semblant de te prendre pour un héros, alors que prendre le moindre risque t’es aussi étranger qu’un apéricube de la vache qui chie dans une ferme d’alpage, c’est ça… ?

Moi, chez le boucher, j’aime bien qu’on me donne ce que je veux. L’autre jour, j’ai planté là, un boucher arabe où j’allais pour la première fois, qui me prenait pour un imbécile. Je lui ai demandé huit merguez, il en avait mis douze, puis je lui ai demandé des côtelettes d’agneau, des côtes premières, huit, et il m’avait refilé quatorze pièces de viandes, dont tranches de collier et de gigot, au milieu de quelques côtelettes mal coupées. Je n’avais pas fait attention pendant qu’il me servait, c’est à la caisse que trouvant les paquets volumineux, j’ai vérifié qu’il m’avait ainsi autoritairement poussé à la consommation. J’ai tourné les talons en laissant tout sur place… Comme ça, c’est à lui que ça a coûté : du temps et du papier d’emballage gaspillé… Quoique… l’aura refilé au suivant… Tu me diras, lecteur, j’aurais du me méfier : 3-6-9 qu’elle s’appelle la boucherie… Quand on ne sait pas choisir entre les chiffres, voilà ce que ça donne…

Et si c’était un peu le problème de Nîmes ? Que tout raisonnement s’arrête à la taquilla ? Alors voyons… quelle apothéose finale mettre en place pour le lundi… Tiens ! Si j’associais deux noms prestigieux qui n’ont pas le loisir de trop croiser leur route ? Juli devant les Miuras ! Stop évènement !!! Geste taurin !!! Oui mais voilà, si on arrête là l’organisation… laissant les veedors du Juli choisir… allez savoir…
Cela appelle quelques réflexions en vrac :
Maintenant, sait, le peu qui ne s’en doutait pas : Nîmes n’est pas la Madrid française. Surtout pas au niveau du filtre vétérinaire ! Le proclamer ne mange pas de pain mais… sert à quoi ? Qu’est-ce qu’ils doivent rigoler les Espagnols…

Après, bon, faut-il vraiment s’étonner, les bisounours ?

Mettons, vous êtes ganadero… a qui donnez-vous le meilleur lot ? A Madrid bien sûr… Le deuxième ? Je sais pas moi… Bilbao… Le troisième ? Ben… Pamplona, non… ? Le quatrième ? Séville ! Le cinquième ? A une arène française, peut-être, bon client depuis des lustres : Béziers ! Dans ces conditions… ''l’évènement'' nîmois est sérieusement relativisé, non … ?

Après on entend de ces trucs… Miura ne donne jamais de toros de réserve… euh… même si on les lui paye ? C’est le statut de ''réserviste'' qui ne lui plait pas – peur d’essaimer des sementals dans la nature ?- ou ce sont les empresas qui ne veulent pas payer les toros consommés ? En tous cas chosir des Garcigrande pour remplacer des Miuras, c'est un peu servir un jus de tomate sans sel de cèleri à un type qui avait demandé un triple scotch.

Bèèèrck ! Je viens de me relire… Je vous entretiens de tout ce que je n’aime pas en tauromachie : les affaires, histoires et autres petits arrangements entre ''amis''. J’arrête, tiens… J'y connais rien là-dedans en plus, c'était juste pour, comme ça, vous distraire un peu et re-tripatouiller du clavier...

Et on bombe le torse ce soir dans la cuisine en allant ''fatiguer'' la salade sur ordre de madame… et on laisse traîner les pantoufles au sol un peu… et le saladier, on le dépose sur la table avec style, en rotation du buste, non mais… et cours la main, un peu. Pense à tous ses collègues de bureau qui lui ont fait des compliments toute la journée pendant que tu l’attendais de pied ferme pour lui reprocher d’avoir encore oublié de fermer la lucarne du garage au travers de laquelle un cambrioleur aurait pu entrer… tu crois que c’est glamour, ça ? Fais-la rêver un peu. Ne lis-tu donc pas dans son œil noir qu'en pensant au voyage de noces minable que vous fîtes à l'époque, elle te hurle depuis des années des : Remboursez ! Remboursez !? Pourquoi crois-tu qu'elle vient à la corrida ? Pour voir des Miuras ??? Pfffff....

5 commentaires:

el Chulo a dit…

Ah, enfin, les affaires reprennent. Revoilà du Delon! Ceci dit, le Casas, l'innocent eternel, il ne me manque pas d'air!

Anonyme a dit…

Ce type est fou... libre en tous cas... y'a qu'ici qu'on peut lire des trucs comme ça !

Anonyme a dit…

Ce type, il se laisse traverser par des mots et en sort toujours des remarques qui, au passage s'accrochent à d'autres remarques et ainsi de suite... L'ensemble est un fourre-tout le plus souvent amusant.
Gina

Maja Lola a dit…

J'ai a-do-ré l'image : "fatiguer la salade" ;-)

Pour le reste, comme le dit Chulo, du Delon grand teint !

Anonyme a dit…

Mmmouais ! Au 421 c'st plus le pastaga qui est roy que les toros
juste en déco dont tous le monde se fout mais ça fait bien et ça fait alibis pour se biturer