Un Don qui choque

Un Don qui choque
Qui Chipote ?

mardi 30 novembre 2010

Primaire et secondaire...


Comme elle était heureuse, tout illuminée de son propre émerveillement… ça y est, Ségolène est candidate, elle aperçoit déjà la ligne d'arrivée, le suspens qui tenaillait la France entière est levé. Elle était radieuse, béate de la joie qu’elle instillait dans chacun des foyers de notre beau pays enfin rassuré. A dix-huit mois de l’échéance, devant l’impatience des gentils Français qui la suppliaient, elle a ré-endossé son armure de Jeanne d’Arc. Mais attention, pas candidate contre untel ou untel, noooon, candidate pour l’élection présidentielle. Pour celles et ceux – très important, celles et ceux – qui la désirent. Ouf, on a eu chaud, des fois qu’on se serait imaginé que le monde politique serait différent de celui de Bambi avec tout plein de loups-garous sanguinaires cachés partout pour la faire trébucher. Alors..., Royal, Hollande, Aubry, Montebourg, Valls, Strauss-Kahn, qui d’autre ? Delanoé ? Fabius ? Mais aussi, moins connus mais officiellement déclarés : Lescornet et Pierret ! Ca va chier ! Je vous dis pas la bonne ambiance résiduelle qui règnera au PS quand les egos auront fini de s’empogner…



Moi je rêve d’un Wikileaks (ça s'écrit comme ça !) taurin, d’une grosse bourdasse irresponsable qui dévoilerait tout de chacun… Mais bon, on se doute hein… ce que pense Casas de Starozinsky par exemple, on s’en doute, quant à ce que pensent les taurins du public…. on n’a plus aucune illusion… comme on se doutait que les Américains pensaient – comme nous – que Berlusconi est un irresponsable dangereux, Sarkosy un susceptible autoritaire et Merkel une femme sérieuse qui n’aime pas le risque et qui manque d’imagination. Le problème des Etats maintenant, c’est qu’ils vont avoir du mal à s’abriter derrière l’hypocrisie de bon aloi qui présidait à leurs relations. Les grands sourires joviaux, les claques amicales dans le dos, les poignées de main fraternelles, autant de codes dont personne n’était dupe mais qui avaient une vraie utilité sociale et relationnelle… - ça nous a peut-être évité des guerres ! - tout ça va avoir une de ces gueules maintenant… ! Vous imaginez la prochaine poignée de main entre Obama et Berlusconi ?



- Alors comme ça je suis un irresponsable total… tu sais que ça m’a caillé quand ton pays a élu un negro de ton espèce à sa tête ?


- Si seulement tu n’étais qu’un irresponsable, ça irait, mais tu es dangereux même, et pervers en plus… tu n’as même pas honte… au pays du Vatican, se charger de Viagra pour se taper des mineures, quel porc tu fais, le macaroni !


Et le couple France-Allemagne fondateur de l’Europe ?


- Elle va se le bouger un peu, son gros cul, la mémère Merkel, ou elle va rester comme une choucroute sur la table à déblatérer ses raisonnements pour bouffeurs de saucisses et buveurs de bière ?


- J’y crois pas… comme il me regarde l’autre petit roquet aboyeur, là, non mais… va encore nous faire son caca nerveux si on froisse sa susceptibilité de gnome frustré… Hé, quitte un peu tes talonnettes, que tu puisses enfin avoir de plus hautes préoccupations que de flatuler à hauteur de ton complexe de supériorité, pépère franchouillard.



C’est ça qu’ils ont dans les yeux quand ils se saluent. Maintenant ils le savent de source sûre. Le petit jeune qui entrait avec un CD audio et ressortait avec un CD espio, cinquante-deux ans de prison, il risque… C’est tellement énorme ce qu’il a fait, qu’on se demande s’il en a mesuré les conséquences. Sûrement pas. A 75 ans, il renaîtra à la vie… il aura intérêt à faire intense… plus rien à perdre, surtout pas du temps. Alors que faire pour vivre vraiment dans la conscience urgente d’une inéluctable fin à reculer impérativement par la recherche d’une intensité maximale ? Bâah… chargé de Viagra il pourrait aimer, et chargé de Lexomil, il pourrait toréer. Tiens bon, petit, tu en auras des émotions au crépuscule de ta vie. Car là-bas, tu sais, c’est pas comme en France où tu fais toujours la moitié de ta peine. Là-bas, ce que tu prendras, tu le feras, au jour près. Mais bon, c’est vrai que tu resteras dans l’Histoire comme celui qui aura déstabilisé le monde en appuyant sur un petit bouton qui ne commandait même pas une vraie bombe atomique, avec lequel tu atomisas les relations diplomatiques mondiales : Goal !


Comme le Barça atomisa Madrid… les Catalans doivent être au moins aussi heureux que Ségolène qui s’est quand même fendue de cette déclaration irréelle, hyper-réaliste et surréaliste à la fois :



- Dominique Strauss-Kahn ferait le meilleur premier ministre de la France…



Tu as compris petit Manitou du FMI, qui c'est qui commande ? C’est-y pas tout mimi ces déclarations d’amour perfides ? DSK qui comme chacun sait est trèèèèèèèès amoureux de sa femme avec qui il n’y a aucuuuuun problème comme nous l’a expliqué Paris-Match, appréciera comme il doit être dur de vivre avec la Madonne de Bravitude. Enfin, elle était tellement heureuse d’annoncer ce qui est son message politique suprême pour sauver le pays, qu’on n'a pas le cœur de se moquer. M’enfin moi qui n’aimais pas François Porcinet, plus j’écoute son ex-femme, plus j’estime ce type.



Et encore ne vous ai-je pas parlé de Villepin, ce grand fou romantique et chevaleresque aux mèches argentées… On n’a qu’une certitude, ces dix-huit mois vont être d’une grande richesse, pour un éditorialiste.


lundi 29 novembre 2010

Citations...

La commission 'cornes' s'est flattée des bons résultats des analyses : « Plus de 85 % des résultats attestent du respect des exigences. »


Alors ça... c'est de l'optimisme ! Car même en trichant il y en aurait donc 15% de raccourcies... Pourquoi en trichant ? Comment sont déterminés les prélèvements ? Par le choix des cornes les plus suspectes ? Que nenni ! Ce qui, pourtant serait logique ! Mais non, on fait prélever ce qu'on veut. Et que veut-on ? Eh ben un taux de 85%... donc les quatre paires sciées, pas touche. Trop fort...


Pour la commission ' tercio de pique', Alain Bonijol a présenté la nouvelle pique à la Française, « qui doit être plus facile à utiliser, avec une meilleure pénétration ; favoriser la technicité des hommes ; valoriser le travail et faire que le picador devienne un vrai torero à cheval durant le tierco de pique. »


Cette pique est sûrement très bien... mais les arguments avancés ne me semblent pas convaincants. "Plus facile à utiliser" En raison de quel phénomène ? Son aérodynamisme tant qu'elle est ''atmosphérique' '? Sa meilleure pénétration dans le toro, sorte de plongée myodynamique ? Où ai-je vu cette photo d'une bouteile de Coca-Cola qui disparait entièrement dans le trou d'une pique... C'est pas mal déjà comme pénétration ! Non, pas une bouteille d'un litre, la petite en verre de notre enfance. Il paraîtrait en fait que malgré les arêtes transversales censées stopper l'avancée de la pique dans le dos, l'élasticité de la peau ferait que ça plonge beaucoup plus profond qu'il n'y paraît. Cela m'avait été confirmé par un aficionado très savant qui serait allé le vérifier à l'abattoir. les anti jubilent ils viennent de glaner une info de plus. Sauf que je n'y ai jamais cru, moi... Car alors pourquoi n'ai-je jamais vu de sang sur le manche en bois de la pique ? Sinon effectivement, avec ces pans coupés elle doit rentrer sans avoir besoin de vriller et de pomper comme un malade, ce qui attire immanquablement les sifflets de la foule. C'est sûrement en cette mesure que l'on pense que cela va ''favoriser la technicité des hommes et valoriser leur travail'', comprendre : moins les obliger à tricher par un style incorrect pour le même résultat. Ok, là au moins ça semble logique mais ça se discute !

Sur le fond, est-elle plus petite, moins invalidante qu'une pique classique, autrement dit s'adapte-t-elle à la philosophie gonflante du ''toujours moins'', pour s'accorder aux toritos faiblards qui sont de sortie dans 90% des cas, je ne sais pas encore. Moi j'aimerais de bonnes grosses vieilles piques bien costaudes qui terrassent sur place tous ces erzats de toros, toutes ces bédigues boursouflées de pienso, qu'on ne puisse pas les toréer, qu'on les écrase sous le caparaçon comme des grosses merdes qu'ils sont - je vous ai raconté l'histoire du boucher que me disait que leur viande devient verte en trois jours, tandis que celle des camarguais de Yonnet reste bien rouge quinze jours après - et la honte s'abattrait sur les ganaderos qui osent produire ça et la honte dégoulinerait sur les figuras qui les avaient demandés et l'émeute gronderait dans les tendidos et les journaleux à la botte des empresas ne sauraient comment commenter et puis ben, la révolution, quoi, dans les blogs "Weeky Leaks" (ça s'écrit comme ça ?) de la tauromachie.


" Nous devons travailler pour que la tauromachie reste ancrée dans nos cultures locales. La première action, c'est nous rassembler. Il ne faut pas se tromper de combat, il n'y a pas de tauromachie de gauche ni de droite "


C'est beau non ? La tauromachie fédératrice et abolisseuse de clivages... C'est du Geneviève Darrieussecq, maire de Mont de Marsan. Et ben, si on n'en est que là, le chemin est encore long ! Vous avez raison Geneviève : la tauromachie se fait au centre. Au centre de la muleta plus que par le pico. Au centre des cornes plus qu'à l'éxtérieur et le coeur au milieu comme disait l'autre, au centre du ruedo dans le terrain du brave, au centre de l'intérêt du public, et vous par cette "fracassante déclaration" bien à la marge, du côté des portes ouvertes. Prenez notre Simon comme conseiller en com, aussi, vous allez voir les progrès, sûr que que seriez réélue.

Prix Goncourt 2010



La Carte et le territoire, prix Goncourt 2010





L’auteur, Michel Houellebecq construit son histoire en trois parties avec deux personnages principaux qui sont pour ainsi dire ses clones. Le narrateur, Jed Martin, photographe de cartes Michelin, puis peintre d’hommes célèbres ou plus humbles. L’autre, c’est Houellebecq, écrivain à succès.



Tous deux sont renommés et s’enrichissent. Ils vivent finalement seuls, les compagnes de Jed l’ont quitté, Houellebecq est divorcé. D’abord exilé en Irlande, après une vie sociale bien remplie à Paris, il retourne dans son territoire, sa petite campagne française, le Loiret. Jed aussi, dans la maison de ses grands-parents dans la Creuse, après le décès de son père architecte qui s’est « euthanasié » à Zurich après passage obligé par une maison de retraite médicalisée.



Jed a besoin de Houellebecq pour préfacer son catalogue d’exposition, ce que l’écrivain accepte sans se presser. En paiement, s’ajoutera un tableau de valeur, son propre portrait, que Jed lui apportera à la campagne. La troisième partie du roman qui aurait pu s’arrêter là, est une intrigue policière habilement enchâssée dans le roman : Jed apprend que Houellebecq a été assassiné et l’auteur met tout son talent à la résolution de l’énigme. Pour une fois la France est en pointe, le cadavre découpé en filaments artistiquement déployés sur la moquette, c’est du Pollock. Jed, aidera à découvrir le meurtrier. D’autres personnages, Jasselin, le policier et sa femme Hélène, forment un couple sans enfant, avec chien, un bichon, et ils sont sur le point, eux aussi de s’en retourner vivre en Bretagne, tandis que mourront aussi, – nous sommes au moins en 2020 – Jed et Beigbeder, l’ami de feu Houellebecq.





Ainsi, nous évoluons dans une belle histoire de carte et de territoire, mais qui vaut surtout, comme c’est toujours le cas chez Houellebecq-auteur, par le regard neuf , incisif ou tendre, porté sur un monde dont publicité, médias, écologie, politiques, artistes, architectes nous imposeraient l’approbation.



La carte, c’est le monde abstrait, froid, technique, infantilisant, déshumanisé, le monde des parleurs, des clowns de télévision, de France-Inter, les prises de parole « pour rien », des cellules psychologiques à tout va, des économistes qui pontifient un jour pour se contredire le lendemain. C’est le monde des murs, des blocs de béton mis à la mode par Le Corbusier et Van der Rohe répartis dans les périphéries des villes, dans les résidences balnéaires à la con pour touristes débiles sous le contrôle de promoteurs foncièrement malhonnêtes et d’une vulgarité presque infinie…



En revanche, le territoire, c’est le monde d’une vie possible, concrète, humaine, le petit village tranquille, c’est le lieu de l’artisanat, des souvenirs d’enfance, des vacances chez les grands-parents, de la communication père-fils rétablie, les arbres, la rivière, l’herbe, le jardin, les intérieurs modestes. C’est aussi l’église où ce prêtre ressemblait un peu à François Hollande, mais contrairement au leader politique, il s’était fait eunuque pour Dieu, pour réconforter de sa parole de moins en moins écoutée car on connaît moins Jésus que Spiderman, pour conférer une humanité à celui qui ne sera pas incinéré (pour nourrir les carpes brésiliennes du lac de Genève), mais enterré, retourné à son territoire, au cimetière.



Pas étonnant que soient largement célébrés dans ce roman, la figure de Jean-Pierre Pernaut et ses titres d’ouvrages à la gloire de la France profonde et des richesses du terroir ; contrairement à Noël Mamère, il ne s’était même pas laissé pousser la moustache. D’autres figures sont l’objet de tendresse. De très belles pages surprennent, qui évoquent la chaleur de Noël quand le vieux père et le fils se parlent, la finesse des femmes si utiles pour établir les contacts, la chanson de Joe Dassin On s’est aimé comme on se quitte… »), l’équilibre du couple âgé. Indulgence même pour les policiers : ils marchent mieux au café ou à l’ alcool, mais certains sont sensibles, tout le monde est si prompt à critiquer leur lenteur et leur incompétence !





Comme toujours Houellebecq fait montre de savoir encyclopédique dans tous les domaines, politiques, sociologiques, médicaux. Il peut parler d’art, de peinture et de peintres, de photographie et d’appareil photo, de compagnies aériennes Low-cost, de menus de restaurants, d’oligospermie, d’euthanasie, de bichon, d’automobiles ou de chauffe-eau... On pourrait trouver ennuyeuses ses fiches techniques à la Roland Barthes. Mais, il nous convainc souvent et nous amuse beaucoup, surtout de ses contemporains soudain surgis sous sa plume pour le tourner lui-même en dérision, qui avait pour ennemis à peu près tous les trous du cul de la place parisienne. Pourtant, certains disent c’est un bon auteur… agréable à lire, et il a une vision assez juste de la société…un auteur célèbre, mondialement célèbre même.

GINA

.

dimanche 28 novembre 2010

Dégustation-Concours...

Comme chaque année, le Domaine des Romarins à Domazan dans le gard, organise un concours photos sur le thème du toro qui combat. Dégustation de Côtes du Rhône assurée... prévoyez un chauffeur. Mon avis ? Les miennes sont les mieux ! Hélas, c'est aussi l'avis de chacun des participants... si c'est pas malheureux cet égotique chauvinisme...
Donc, miennes exceptées, j'en avais envoyé cinq, ils en ont retenu deux, celle que j'ai préférée est l'oeuvre d'un Espagnol, la 35 en haut et au centre du panneau de droite, enfin du panneau... de la cuve, ce portrait en buste d'avant course, traité avec une vraie personnalité au niveau du tirage, qui la démarque si bien des couleurs éclatantes de catalogue publicitaire de la plupart des autres (oui... les miennes exceptées...). Se remarquent aussi cinq ou six photos qui n'ont rien à faire là... ( naïves, nunuches, etc) et l'éclatante beauté du noir et blanc au milieu de la presque unanime "vulgarité" de la couleur - ce n'est que mon avis- . Le week-end prochain, c'est encore "portes ouvertes", vous pouvez y aller, les viticulteurs sont sympas, même s'ils n'ont pas retenu mes noir et blanc - picotazo au passage- ;-). Mais par-dessus vos sous-vêtements en soie sauvage, prenez une grosse peau de mouton : ça caille dur dans c'te cave ! Au vainqueur, cinq cents euros je crois, de quoi achalander sa cave.

vendredi 26 novembre 2010

LIVRE D'ARTISTE



9 EXEMPLAIRES 9

Un exemple de livre d'artiste de photographie pour lequel l'auteur a choisi un présentation en éventail sur le thème des cascades en pose lente. Neuf exemplaires pour le monde entier "priced" comme ils disent là-bas, de 3000$ à 4850$. Eh oui, car plus il se vend plus il se raréfie...

Ici un intéressant article sur le concept :http://www.galerie-photo.com/livre-artiste-photographie.html

je vais de ce pas sélectionner quelques photos de Tomas, Morante et Conde - tiens, qu'est-ce qu'il fait là, lui... - les coucher sur un ''âne-mule'' , en produire trois et les mettre à un prix astronomique... ça va le faire vous croyez ? Ah oui mais non, faut devenir artiste d'abord.

samedi 20 novembre 2010

Pena Oliva, rincon


Incroyable… des gens ont parié sur l’éventualité que je pouvais être intéressant. Hier soir, la Pena Oliva de Béziers m’avait convié à une soirée littérato-taurine. A l’initiative de l’un des leurs, Tierry Girard – parfaitement, sans ‘’H’’ le Tierry…- brillant littérateur du dernier recueil, voir ce qu’en disait Gina en tapant ‘’Brume le recueil’’ dans le moteur de recherche du blog (vous ne saviez pas ? le rectangle blanc) en haut à droite - nous étions Yves Charnet, Girard et moi, sous le feu amical des questions d’un gentil modérateur. On a fait un tabac : oreilles amies tendues face à nous, vuelta triomphale et sortie a hombros évitée avec difficulté, par modestie. Sans compter que ça évite le pourliche au costalero. Car il est connu que le type qui écrit, ne se la pète jamais. Pas nous, alors là, non… pas notre genre.



Par le menu, vous voulez ? Bon alors d’abord, l’autoroute : cette portion Nîmes –Montpellier est devenue un grand embouteillage digne du périphérique parisien. Mais un embouteillage à 130 Km/Heure. Pare-chocs contre pare-chocs. Y’a intérêt à avoir des freins à disques ventilés Brembo, sinon t’es mort. Tout le monde conduit comme si rien, jamais, ne pouvait arriver. C’est pour ça que cela arrive. Donc après cette heure de concentration intense, tu arrives assoiffé à la Pena Oliva. Un joli bar tapissé de photos et d’affiches sur le thème, prolongé par une cour carrée. A peine ton sac posé, on te tapote l’épaule :




- ‘Pouvez me signer le livre ?




Tu te retournes et il y a une bonne quinzaine de types qui font la queue derrière toi, un ‘’Brume’’ à la main… à cet instant tu réalises un truc angoissant : t’es pas dans la rue Réattu devant la boutique des passionnés, mec, tout le monde se connaît ici, échange, discute, compare, bref, c’est une Pena, quoi… tu ne vas pas t’en tirer avec une formule passe-partout unique sinon tu passes pour une brêle à l’heure où les socios entrouvrent leur bouquin et se comparent la dédicace pour savoir si t’en as un peu dans le ciboulot. Evidemment, sur l’autoroute, au lieu de réfléchir au problème, tu as préféré écouter de la musique Dancefloor à fond la caisse histoire de mieux t’insérer dans le trafic en pensant que les autres automobilistes t’emmerdaient à rouler à la même heure que toi dans la même direction. Tu as pris un petit plaisir malsain à emprunter la voie « t » qui t’as permis d’en dribbler quelques dizaines à chaque péage, résistant à la pression des gros connards en berline allemande qui te suçaient le pare-choc pour te faire gicler de la file d’approche, persuadés qu’avec ta petite Polo tu n’avais pas légitimité à encombrer la draille du luxe autoroutier pour lequel tu cotises pourtant. On se paye les luxes qu’on peut : 20 euros. Ah, sûr qu’au temps du Pajero tout cabossé équipé Sahara, ils étaient plus à distance, voulaient pas s’y frotter les ''raideurs des feux rouges et des grands boulevards'' qui freinent copieusement au passage des dunes de goudron pour épargner leurs amortos de citadins. J’en reprends un, tiens, après la Polo, histoire de me fâcher définitivement avec les bobos éco-responsables et bien-pensants. D’autant que le campo en Pajero c’est plus valable qu’en remorque rouillée à plateau éjectable.


Donc, n’espère pas –ouais j’te prends à témoin comme si q’tétais ''Grantécrivain'' toi-même, cool, non ? – écrire vingt fois ton : « Puissent ces souvenirs de mon entrée en aficion aiguiser un peu plus les vôtres » enfin tu vois le truc impersonnel, bateau, et nœud-nœud. Non, faut en savoir un minimum sur chacun et improviser ! Mais il fait chaud, tu n’as pas eu le temps de quitter ma veste, enfin la tienne, il fait de plus en plus soif, et puis t’aurais pas envie de pisser aussi ? Bien sûr que si ! T’as bien une idée de ''Grantécrivain'' qui te traverse l’esprit, comme leur dire :




- Les gars, soyez sympas, laissez moi arriver, pisser, boire un coup, la soirée ne fait que commencer… tout à l’heure quand je serai assis, ce sera plus pratique… surtout avec ma patte gauche illisible…





Mais là tu subodores confusément quelle prétention ça pourrait revêtir… et cet engouement surprise est plutôt sympathique. Putain mais ils m’attendaient… c’est un gag ou quoi ? Tu peux pas t’empêcher de penser ça, vu que le titre ''écrivain'' tu ne t’es jamais senti les épaules de l’endosser ; mais ils ne se foutraient pas de moi, quand même… ?



Meuh non, ce sont des gens sympas, t’sais, simples, qui n’ont pas les idées à la con des écrivains à la noix et de leurs cerveaux malades. Ils sont contents, ils te reçoivent amicalement, c’est tout ! Ce qui n’enlève pas ton envie de pisser…


Alors tu vas à la pêche aux renseignements, tu demandes « c’est pour qui ? » quand on te tend un livre, histoire de libeller :



Pour Alain, alias El Gordito…. ce qui te ferait déjà un bon début pour stimuler ton inspiration … mais là, le type il rétorque :




- Ben c’est pour moi, tiens, pardine !




J’te dis pas l’envie de pisser comme elle s’intensifie à cet instant ! Parfois, souvent, pour laisser le temps à tes deux moteurs de recherche droit et gauche de travailler séparément tu temporises pour trouver un angle :




- Et… tu es aficionado depuis tout petit ou ça t’est venu sur le tard… ?




J’avoue, c’est pas des plus judicieux, mais n’oublie pas que, pendant ce temps, la circonvolution cérébrale gauche ronronne dur pour trouver la dédicace géniale… Dans les yeux du gars se lit que tu viens de poser la question la plus con du monde et lui qui présupposait ton génie inné, acquis et stocké, te répond tout dépité :




- Ben… oui…, depuis tout petit, évidemment…




Il n’y a guère qu’Yves Charnet qui trébucha récemment dedans, sinon les autres, tout petits ils y sont tombés… tu les prends pour des nazes ou quoi ? Il sont de la Pena Oliva, quand même ! Non, la conséquence logique n'est pas que Charnet est un naze, non, sauf pour les tartines catalanes mais on le verra plus tard.



Enfin, ça y est, t’as signé tant et plus, en espérant n’avoir jamais à relire ce que tu ne te rappelles déjà plus avoir écrit et enfin on t’indique où sont les aseos. T’aurais pas écris un truc du genre « Pour toi j’ai pissé de la copie ! » mmm…, pas imposible vu l’envie qui te traversait… Dans la cour, les aseos, mais il faut te frayer un chemin au travers d’une dizaine de fumeuses qui semblent s’efforcer de se représenter ta bistoukette vu qu’elles savent où tu vas… elles te suivent du regard et tu te dis que ça va faire du monde tout à l’heure dans la salle quand micro en main il s’agira de faire l’intéressant. Tu reviens, elles sont en rangs encore plus serrés et savent pertinemment que tu viens de te tapoter la zigounette pour épargner à ton pantalon la gougoutte, exactement comme de leur index vernis elle le font sur leur Marlboro en te pouffant des volutes bleues à ta face intimidée sur laquelle tu essayes de composer une mimique neutre qui n’indique en rien que, ben oui, tu l’avais à l’air libre, tantôt…



Tout le monde se rince abondamment le gosier que tu as toujours aussi sec mais vu que tu stationnes devant un bar chargé en verres chacun croit qu’il y en a un qui t’appartient et personne ne te sert. Allez vas-y, quémande, mal élevé, ta moresque soit le seul truc indisponible – pas d’orgeat – tu peux pas demander un Ricard comme tout le monde, non, faut que tu te distingues…



Mais bientôt, la réunion commence, ta chaise branle dangereusement et t’envoie des signaux d’effondrement imminent ce qui fragiliserait ton statut de ''Grantécrivain'' et le modérateur s’arrête de modérer quand tu te lèves pour en changer, opération que tu comptais mener discrètement. A ce moment, les fumeuses reviennent de la cour, te croisent en souriant et traversent toute la salle jusqu’à… en sortir ! Elles ont prévu une bonne bouffe entre copines pendant que tu déblatères, littérateur ! Au cas où il y aurait eu danger que tu te pénètres de l’idée de les passionner. Merci les femmes, grâce à vous l’humilité reste chevillée au cœur et c’est salutaire !



Une discussion sympathique s’engage, à quatre voix, todo perfecto :


Comment vous est venue l’idée de cette nouvelle ; Pourquoi diriez-vous que la nouvelle est un genre qui sied à la tauromachie ; Celle de l’année prochaine est-elle déjà écrite ? – Oui, pour Girard non pour les autres…- Mais je ne vous raconte pas tout, vous n’aviez qu’à venir.



Direction la pizzeria du coin, avec des portions très bitteroises. Des entrecôtes qui louchent sur l’assiette voisine, des pizzas qui débordent sur la nappe et mes tagliatelles carbonara dans un grand plat à barbe où un camp de Rom aurait pu trouver pitance pour la semaine. J’en laisse la moitié. En entrée Charnet prend un plat anti-taurin de Catalogne : pan con tomate, mais n’en connaît pas le mode d’emploi. Il n’a pas capté que l’huile d’olive est là pour lui, et coupe des quartiers de tomates qu’il pose sur ses tartines par dessus le Serrano… Halte là, et je lui fais son éducation : frotte ta gousse d’ail sur ton pain, frotte ta demi-tomate, arrose d’huile dégoulinante, superpose ton jamon, faut tout lui dire à cet amateur… A mon avis, dans la droite ligne de Didierlaurent qui n’avait jamais vu de corrida, il a ses chances pour l’année prochaine si le principal critère dûment martelé un soir de remise de prix par laure Adler, est de n’être point spécialiste. Salut Yves, si tu viens par ici, je suis parti comme un voleur ce matin. La serveuse est une Roumaine enjouée qui dépose nos assiettes sous notre nez avec une mimique très ''Je vous trouve très beau'', visiblement heureuse de bosser en France, ce salopard de pays inhospitalier oppresseur des minorités ethniques.



Voilà, je crois que vous savez tout… le Diable Vauvert peut être content, on a bien bossé pour lui… à tous les membres de cette très sympathique Pena Oliva qui nous a accueillis chaleureusement – je me suis quand même fait traiter de torista, ce qui n’est pas une insulte, oh que non… - merci beaucoup pour cette soirée conviviale et si Mr le trésorier pense à m’envoyer une de ses photos, je complèterai volontiers ce petit compte rendu ''à ma façon''.

jeudi 18 novembre 2010

Voyage au Campo 7



La suerte de la levrette

Admirez un peu toute la force qui se dégage de cet arrière train musculeux, matérialisée fort à propos par ce losange évoquant l’accélération ici aussi fulgurante qu’imminente, dont la direction encore indéterminée reste possible d’un côté comme de l’autre, selon le besoin, grâce à ce double pied d’appel dont il est doté et que tout Nîmes lui envie. D’où que vienne le danger cornupète, il bondira tel un félin, non pas, mesdames et messieurs pour s’y soustraire avec couardise, comme nous l’aurions fait nous-mêmes, non, mais pour nous faire admirer sa maîtrise de l’art du recorte à cuerpo limpio. Car cet homme est torero, cela se lit dans la posture, se trahit dans l’intensité d’un regard qui a toisé plus d’un tio en Andalousie comme en Extremadure, cela se ressent d’instinct dans la puissance statique qui émane de cette phase que l’on nommera avantageusement : l’Aguante suprême. Se faire voir, se donner au sacrifice rituel, perpétuer de cette abnégation héroïque, la légende des siècles en offrant ses viscères à la corne ''éviscérante'', justement. Dans les tribunes, le cœur des femmes palpite, comme palpite dans le pantalon de ''GG'', comme on le comprend, le doute existentialiste : to beat it or to protect my bite ? Excusez la crudité du propos mais l’heure n’est plus à la poésie quand se joue sur le sable la question de l’absorption de son propre sang. Tenez et buvez, ceci est mon sang, il ne dit rien de moins à l’éventualité de la cornada… Va-t-il d’un quiebro ajusté, mancornar soudain la bête comme le faisait son ancêtre néanderthalien à la chasse ? Va-t-il la razeter avant de sauter le burladero, aérien et grâcieux ? Ou bien va-t-il l’écarter à la Landaise en la feintant de la largeur d’une escalope de foie poêlé de chez Maïté ???

Partout autour, fusent les encouragements désintéressés :

- Allez, Zou, avance, tu risques rien….

- Ben couillon, vas-y toi, si ça risque rien…

Car je vous rappelle que si j’ai surnommé l’impétrant, ''GG'' c’est surtout qu’il a toujours la répartie qui convient.

- Vas-y, vé, regarde comme elle est bravette cette vachette… avance…

- Voui, tu peux… tu es plus gros qu’elle, elle te bougera pas beaucoup, va…

- Quitte tes lunettes, tu auras moins peur si tu la vois plus…

Mais ''GG'' ne répond plus. Le fauve, soudain, a tourné la tête vers lui et ''GG'' est à bloc : son cœur est monté très haut dans les tours, son souffle est court, ses muscles tétanisés : la fauvette a fait un pas dans sa direction… décidée à bouter hors de sa vue l’inconscient qui foule son terrain jusqu’alors inviolé. Alors ''GG'' sait que tous les regards sont sur lui, il sait qu’à cet instant c’est lui, qu’idolâtre la foule, lui, qui monopolise l’attention du respectable, et il cite, d’une abduction élégante de la dextre qui rappelle l’auguste gestuelle impériale pétrie de bravitude, ce qui va déclencher la charge sauvage venue du fond des âges, la férocité originelle et enfin la suerte originale, celle, inspirée, inimitable et dantesque dont lui seul peut se prévaloir. Le fauve hirsute et monstrueux démarre, la bave au mufle, dans l'œil l’indicible lueur d'homicide prémédité avec toutes les circonstances aggravantes.

Alors GG-le-Magnifique produit son effort, arrache aux sables, mouvants de toutes les incertitudes, le quintal dépassé de sa carcasse d’airain, d’un magistral coup de rein qui le propulse, oh, pas loin, à quelques décimètres de là, avant que le bel ordonnancement cinétique de sa foulée athlétique ne subisse la traîtrise d’un abominable mélange de pinceaux sous les yeux horrifiés d’une foule déjà résignée à sa perte inéluctable. L’Homme choit au cœur de l’adversité, assez lourdement je dois dire, présentant au terrible frontal, l’offrande d’un quatre pattes soumis à l’arrière duquel son postérieur arbore la mention idoine : ''cible''.
Non, pas ça…, hurle silencieusement l’effroi commun pas vraiment préparé à l’horrible vision, à la violence innommable de cette collision-collusion anti-naturelle parce qu’inter-spéciste.

Aura-t-elle finalement lieu ? La bienséance et l’amitié que je porte à ''GG'' m’ont empêché de déclencher, et j’ai préféré laisser au repos le rideau de l’obturateur pour jeter un voile pudique sur les détails scabreux capables de froisser la sensibilité de tous les peons d'Extremadure pourtant habitués à la rudesse bestiale de la vie au campo. Par la localisation de la blessure, son caractère de râperie itérative et surtout, surtout, son air finalement réjoui et les liens d’affection qui depuis l’unissent indéfectiblement au jeune toro, votre imagination sans aucun doute, pourra efficacement suppléer à l’auto-censure que je me suis infligée. Car il est aussi des peine-à-jouir qui viennent lire ici.

''GG'', merci… on t’aime, nous aussi.

PS : on n'agrandit pas les photos, c'est déjà assez terrible comme ça.

lundi 15 novembre 2010

Voyage au campo 6




Merlusse Repsol y Migas
Samedi. Mauvaise nouvelle : le pont submersible de la ganaderia Zalduendo, est infranchissable, visite annulée. C’est un peu difficile à croire, ici il ne pleut pas fort et nous sommes quelques-uns à douter. Pour connaître un peu le mundillo, on imagine sans peine le coup de fil qui a pu couper court :
-Dis moi, ton groupe là, finalement ça ne m’arrange pas du tout qu’il débarque aujourd’hui… tu ne pourrais pas leur trouver un autre os à ronger ?

Sauf que, après réflexion, je crois qu’on a été médisants, que le mundillo campero n’a pas les mêmes travers que l’autre et que c’était vraiment impossible. Je le sens comme ça. A force de veiller à n’être point naïf parfois, on se fourvoie sur les gens qui ne sont pas tous des entourloupeurs. J’entends déjà les cyniques qui me souhaitent la bienvenue au pays des bisounours.

La ganaderia de remplacement – il y en aurait vingt-cinq en Extremadure – se nomme Castillejo de Huebra et la finca, ‘’Zamarril’’. Origine Urquijo via Felix Cameno, création 1924. Un des quatre fers qui appartient à la famille Sanchez Cobaleda. Chaque fer étant associé à un encaste différent : les Terrubias paturent à Munoz près de Salamanca et sont d’origine Santa Coloma via Martinez Elizondo. Les « Patas Blancas » sont à la finca Santa Maria à Moraleja et ici à Zamarril se trouvent les Murube de Castillejo de Huebra et les Murube Atanasio de José manuel Sanchez.

La première caractéristique de cette ganaderia est qu’elle possède la ‘’remorque’’ la plus pourrave que le campo bravo ait jamais proposée à un groupe de visiteurs, de Villasequilla de Yepes jusqu’à Tananarive où Nicolas Ancion dans ‘’Brume’’ vous entretiendra de Zébumachie (Le Diable Vauvert). Un plateau rouillé et défoncé, deux ridelles sur quatre présentes, dont une qui a oublié depuis des lustres le concept d’angle droit. Elle verse vers l’extérieur, indiquant vers où il sera plus aisé de tomber. La pluie est fine mais persistante. Les trois quarts font la grève de la ‘’remorque’’ qui, d’évidence ne présente pas les conditions minimales de sécurité, pour éviter de charger les cabinets de chirurgiens orthopédistes pas nombreux dans la cambrousse extremena… Grève hélas boycottée par les jeunes qui se sentent de tenter l’aventure. Il partent semi-fléchis sur leurs jambes comme des surfeurs en s’agrippant les uns aux autres comme des… gens qui ne voudraient pas être éjectés au milieu de toros bravos… le premier col du fémur n’est pas loin. Au retour ‘’GG’’ en profite dans son espagnol alternatif qui fut jadis sa langue maternelle, pour préciser un peu le sentiment général :
- Senor ! falta una remorqua de securidad, porqué cuando una senora se peta la rodilleta muy facilmenta con su os-toreo-porosa, ben… vosotros muy emmerdado despues, entiendares ?

- Si, si !

Fait le type… qui a compris que ''GG'' n'était pas homme à être contrarié... tout va bien, bien sûr qu'on se comprend… Et hop tout le monde remonte dans le car espagnol aux sièges mieux conçus, coques en ''S'', qui font gagner dix bons centimètres pour les jambes… Et pourquoi un car espagnol…. ? Me rétorquez-vous soudain machinalement, votre sagacité n’ayant pas été prise en défaut ? C’est que la réglementation française en matière de transports en commun est poésie dont les muses sont les chauffeurs…. Vous imaginez donc l’inspiration sécuritaire, anti ''esprit flamenco espagnol'': nos chauffeurs ne peuvent travailler samedi et dimanche et on semble le découvrir sur le moment. Les Espagnols nous ont donc fourbi un autre car et sans supplément siouplait. Mais j’ai omis un détail en ce qui concerne la première journée de visite : on l’avait finie à 18 H mais il fallut attendre 21 H pour qu’un chauffeur ait le droit de reprendre le volant ! C’est la loi… qu’ils nous dirent, pas plus de 18H sur 24 soit neuf heures pour chacun, temps déjà consommé : je sens que je vous dégoûte de plus en plus des transports en commun. Oui mais vous êtes marrants : 490 euros tout compris… vous ne voudriez pas avoir des chauffeurs jeunes, cultivés, gentils et serviables, aussi, pour ce prix. Y'a une justice, quand même... C’est bien simple, sur mon compte en banque, je ne me suis même pas aperçu que j’avais payé.

L’après-midi, en remplacement de Zalduendo que l’on devait voir le matin, je ne sais pas si vous suivez… nous avons roulé assez longtemps dans des gorges désertiques, il n’y avait même pas la moindre touffe d’herbe à chameaux du grand erg oriental algérien en bord de rivière, pour atteindre la ganaderia de El Cubo, du côté de Trujillo. Alors là, si on prend l’élément remorque comme unité de comparaison, il y avait la remorque la mieux défendue, la plus sûre de la planète des toros. Super bien défendue, barreaudée jusqu’à 2,30m de hauteur. Là, jérôme a dit :

- vous préférez celle-là ? Parce que là, si un toro saute dedans, pour le faire sortir….

Mais bon, c’est un camarguais, il fait des blagues de gardian…
El Cubo, si vous voulez conserver une idée romantique des ganaderos, n’y allez pas. Y’a un vieux livre qui existe ''Les Ganaderos romantiques'' j’aimerais bien le trouver d’ailleurs. El Cubo c’est Dallas. El Cubo pour moi, n’est pas une ganaderia espagnole, c’est un ranch texan. A coups de milliards, - de pesetas – ce type s’est construit au milieu de nulle part un caprice de richissime. Des arènes couvertes dont le sable est aussi bien peigné qu’un jardin japonais, vous savez ceux qu’on doit ratisser fin, jour après jour pour atteindre la zénitude, et ben tout comme. Attenant, un grand salon vitré, chauffé, climatisé pour regarder confortablement ceux qui en bavent au centre de la piste. Et pas un pilier, autoportante la toiture de l’arène, illuminée, climatisée, sonorisée, arrosage automatique, toilettes japonaises avec douchette de bistoukette à l’eau de rose intégrée, et goupillon anal rotatif et pistonnant à vitesse variable et usage unique bien sûr. Une débauche de fric à faire pâlir les ganaderias historico-mythiques. Pablo Romero à côté, c’est le tiers monde, un campement provisoire pour paillettes taurines réfugiées… mais tellement plus émouvant avec leurs vieux piquets de bois et leurs barbelés rouillés que ces kilomètres de barrières rutilantes dont le coût total doit représenter à peu près le revenu généré en un an par un puits de pétrole saoudien… Ils ne payent pas le fer en Extremadure ou quoi ? ‘tain ! Dix ans que j’habite ma villa sans avoir pu encore trouver le budget des garde-corps de la terrasse : le vide menace toujours.
Donc voilà… A voir une fois, pour oublier que ça existe. Le proprio, lui, est bien évidemment tout fier, qui a connu le temps où il avait une paire de galoches cloutées pour Noël et s’il pouvait, il les recouvrirait de feuilles d’or, ses barrières, car il est loin, très loin, de l’idée pseudo néo-romantique d’un bloggueur français à la noix qui serait infoutu de donner le moindre ballot de paille à manger à ses bious…
Et à midi ? Je ne vous ai pas parlé de l’étape restauration… je ne voudrais pas vomir une deuxième fois, faut dire. Tenu par un ancien véritable matador de toros dont j’ai bien sûr oublié le nom, et dont je n'ai pu espérer que très peu de temps qu'il soit meilleur restaurateur que torero, nous nous sommes rendus dans le chantier de la Plaza Mayor éventrée de Caceres, au restaurant ''El Pato''. Igual que El Cubo : oubliez. Là-bas, personne ne s’emmerde avec la notion super abstraite de ''gastronomie'' : tu sais faire cuire un œuf, tu montes ton restau. Il a fallu se coltiner pour obligation de couleur locale, les fameuses migas qui ne servent qu’à te faire dégueuler si jamais t’en as besoin. Donc tout le monde s’est abstenu, personne ne tenait au projet. Pourtant j’aime le gras… mais là…non. Les pauvres, c’est ça qu’ils bouffaient, au siècle dernier, mais parce qu’ils y étaient obligés tu vois, alors que nous, les riches, c’est juste par snobisme qu’on pense y goûter… Après, le plat suivant ? Pour équilibrer un peu, tu fais des frites comme t’es restaurateur, tout le monde aime les frites, pourquoi tu t’emmerderais... des bonnes vieilles frites ramollies, refroidies, réchauffées et spongieuses d’huile rance, dégueulasses quoi, que tu accompagnes d’une sorte de ragoût mais pas ragoûtant pour deux sous, sec, ''pimenté castizo''; tout a le goût du chorizo là-bas… et à la fin, le même fameux gâteau qu’on te sert depuis ton arrivée en Extremadure, qui change seulement de couleur : vert vomi, mauve funéraire ou jaune pisseux : Vous savez qu’on n’est pas malheureux en France des fois ???
Et encore a-t-on pu ici bénéficier d’un cadre accueillant…. Parce que le hall de gare impersonnel éclairé au néon, de la station essence Repsol où j’eus un face à face douteux avec une merlusse noyée dans une sauce épaisse, j’vous raconte à peine… Bon… 9 euros le repas, même qu’en tournant le menu c’était moins cher : 6 euros mais tu comprenais encore moins ce que tu allais manger. Mais non, on avait même pas à le payer : c’était compris aussi ! Là, c’est pas ''GG'' qui a conseillé Jérôme, je me suis permis une observation : tu vois Jérôme, à ceuss de Turitoros, tu devrais leur expliquer que tous les Français que nous sommes préféreraient payer 600 euros plutôt que 490 et se régaler à tous les repas, enfin je crois… parce que là, déjà que c'est un peu le bordel leur voyage, ça soutient pas le moral...
Sauf que c’est vachement difficile à faire comprendre à un espagnol, ça. Oui, chaque fois qu’ils venaient te demander si c’était bon, ben… soit tout le monde se regardait en souriant et en opinant du bonnet, soit il s’en trouvait un plus hypocrite ou plus poli pour dire « oui, oui » vu que la demande était tellement naïve et de bonne foi. Parce que à quelqu’un de gentil et de bonne volonté et qui a une toute autre culture culinaire que la tienne résultant de plusieurs siècles de souci constant de recherches gastronomiques inlassables, impossible à expliquer en dix minutes, tu peux pas lui dire :



- c’est de la merde, t’sais…de la vraie merde, ton restau !




C’est pas possible. Comprendrait pas. Alors tu fermes ta gueule et tu te déplaces avec ton Ercéfuryl. Comme tout le monde… Le Japon s'occupe du reste. Alors le mec, pénétré de l'idée que la bouffe te satisfait pleinement, de joie il te plante un flamenco de sa création :

- Olé ! tu fais, pendant que dans ton ventre la merluze a repris sa nage à contre courant.

On clique sur les photos pour les agrandir...






C’était le jour de Guadalest, la merluze Repsol… à l’issue du repas il n’y avait que le mayoral qui était content, il continuait à chanter… faut dire que celle dont je n’ai même plus le droit de prononcer le prénom mais – deux indices au passage – qui commence par ‘’A’’ et finit par ‘’E’’ était toute proche… alors le type il a fini par toréer avec la nappe, galvanisé. Je le comprends. Enfin, un peu moins, maintenant. En tout cas, je progresse, j’ai commencé ma punition, mes cent lignes-paragraphes :


Plus jamais, ni je ne publierai son image, ni je ne parlerai d’elle, écrirai ou simplement évoquerai la ci-après dénommée par baptême ‘’Aurélie’’, elle que l’on imaginait complice et amusée et au beau regard de laquelle souvent on se raccrochait, pour égayer un peu la tristesse et l’austérité des paysages extrêmes et durs de l’Extremadure. On y voyait briller les lumières de l’Orient et les complaintes andalouses, ignorant encore tout du mirage abritant la froide indifférence des loups.







Bruno Bontempelli dans ‘’L’attouchement’’ (Grasset) :



« J’ai commencé de l’attoucher.

Ce corps dépourvu de tout apprêt, ce corps vierge, animal, était un festin. On n’aurait pas eu plus faim devant les mets les plus exquis. C’étaient l’émail du raisin, le velours de la prune, le lissé du miel, la souplesse et le grain de la pâte d’amande, c’étaient la fermeté de l’olive et la chair du pain de seigle, le suc des rôts et le cœur des figues, l’or des tourtes et l’ambre du vieux vin, c’était la manne mise par l’éternel à portée des hommes en guise d’avant-goût de l’Eden.


La peau cuite au soleil avait épanoui ses couleurs et ses arômes. Je humais la cannelle, le poivre et le gingembre ; je goûtais des yeux l’onguent brun dont elle semblait couverte, ses ocres de sumac, ses violets de pavot et ses dunes de sable noir où scintillait une fine mosaïque de cristaux minuscules. Cette peau sentait le chaud ; pourtant elle était fraîche… »

samedi 13 novembre 2010

A cause de vous

C’est de votre faute. Depuis que mon engouement pour l’écriture quasi quotidienne dans ce blog s’est révélée, j’ai abandonné une écriture plus ambitieuse, celle des projets d’édition. Je me satisfais de la petite ration facilement débitée au jour le jour, qui génère son lot de retours instantanés dont je me contente. A tort. Dans ce qu’il devient ridicule d’appeler ''mon premier roman'' terme générique pour le truc que je ne trouve pas le temps de finir, il y avait quelques idées. Je les vois sortir peu à peu dans les livres des autres. J’avais fait de JP Pernaud un de mes héros… Tout comme Houellebecq dans son dernier livre. Ok, sûrement en moins bien, je vous l’accorde. Pas encore lu. Mais si j’ai bien compris, le sens général de l’utilisation de ce personnage était semblable… D’un côté, avoir eu une idée en commun avec l’illustre, n’est pas déplaisante. D’un autre côté, ces pages-là sont maintenant inutilisables – plagiat, qu’ils diraient – et le remaniement que cela impose recule d’autant la possibilité de le finir…

J’avais aussi un chapitre ''Erections perdues'' où je parlais de cet été pénible, d’adolescent soumis au bombardement hormonal, passé à plat ventre sur le sable du Grau du Roi encerclé par des jeunes filles magnifiques et quasi nues à écouter l'obsédant tube de Patrick Coutin :

‘’J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage’’ pendant qu’on tentait tant bien que mal de disperser dans les profondeurs de la dune, des érections inextinguibles qui laissaient le dos brûler au soleil, ce qui valait à ma mère le soir venu de me décorer de fines tranches de pomme de terre censées éteindre le feu du ciel :


J’aime… j’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Les hanches qui balancent et les sourires fugaces
Leur poitrine gonflée par le désir de vivre, etc…

Pénible et fascinant tord-boyaux qui allait crescendo pour atteindre l'insoutenable lorsque les accords de guitare étaient torturés par la pédale de distorsion dont Coutin abusait.

Il y a une image qui m’a particulièrement marqué et que j’ai toujours en tête : c’était les jours de vent et de vagues. Ces jours-là, elles nous mettaient au supplice : elles entraient dans l’eau prudemment, on voyait leur joli dos s’éloigner à contre-jour et puis soudain, la vague arrivant, elles s’en protégeaient par une soudaine volte-face ensoleillée, cambrant les reins pour amortir l’impact de la vague froide, nous présentant ainsi idéalement leur seins fermes et doux à la fois. Avec quelle intensité notre regard était alors capté par cette éclosion magnifique au cœur de la corolle d’écume qui frappait leur dos, personne ne le disait aussi bien que Patrick Coutin. On se demandait alors comment obtenir de les abriter dans nos mains. Que fallait-il leur dire pour être élu ? Quel sésame y donnait accès ? Quelle formule magique nous libérerait de cette douleur qui hantait nos jours et nos nuits ?

Je pensais que cela me ferait de bonnes pages. Et puis l’autre jour on m’a tendu un petit livre : ‘’Nouvelles sous Ectasy’’ de Beigbeder et dans ‘’L’homme qui regardait les femmes 1’’ il écrit ceci :

L’hymne des plages, selon moi, n’est pas Sea, Sex and Sun de Serge Gainsbourg mais plutôt ‘’J’aime regarder les filles’’ de Patrick Coutin.

C’est une chanson magnifique : « j’aime regarder les filles qui marchent sur la plage/ Quand elles se déshabillent et font semblant d’être sages. » Chaque fois que je m’allonge sur du sable, j’entends cette ode à la frustration sexuelle, cette apologie du voyeurisme balnéaire. Je pense à ces milliers d’après-midi écrasants, passés à observer les demoiselles dorées en monokini, à Bidart, Biarritz ou Saint-Tropez, sans jamais oser les aborder. Je suis convaincu que ces innombrables heures de contemplation timide ont fait de moi l’ignoble obsédé sexuel que je suis devenu.


« Leur poitrine gonflée par le désir de vivre/ leurs yeux qui se demandent : mais quel est ce garçon ? » Il y a un crescendo violent dans la chanson de Coutin qui traduit bien l’impuissance exaspérée du vacancier hétérosexuel, anéanti par la chaleur, cerné par une atroce beauté incontrôlée. Les filles gambadent, soulèvent le sable brûlant, crient des prénoms de garçons plus bronzés que lui. Elles sortent de l’eau les tétons mauves ; les poils taillés de leur sexe se collent contre le slip de bain. Elles embrassent des surfeurs australiens, ou des disc-jockeys camarguais. Elles ignorent les garçons malingres et verdâtres qui lisent des livres, la bite enfoncée dans leur serviette éponge. Elles ne remarquent même pas ces admirateurs tétanisés, trouillards de la veste, ces amoureux muets, ces aigris romantiques. Merci à Coutin d’avoir rendu hommage à la douleur silencieuse de l’été.



Pourquoi laisse-t-on les filles de seize ans se balader en liberté sur les bords de mer ? Leur gorge tendue, leurs fesses cambrées, leurs lèvres heureuses de sucer un esquimau à la fraise, leur colonne vertébrale soyeuse, leurs clavicules fragiles, leurs cheveux mouillés, leurs dents blanches comme l’écume, leur fente étroite, leur langue fraîche, la marque blanche de leur maillot, leurs petits pieds aux orteils vernis, leurs seins en adéquation avec ma main…

J’aime écrire les filles. Que faire quand on tombe amoureux de cent filles à la fois ? Leurs nombrils sont des piscines remplies d’huile solaire. J’avais seize ans quand ça a commencé. Maintenant j’en ai le double et rien n’a changé. J’écris ça à Formentera, en juin 1997, ma fiancée est à mes côtés et pourtant, cette malédiction continue : toute ma vie je scruterai le défilé de l’innocence cruelle.
Aujourd’hui que je suis un grand écrivain tiré à dix mille exemplaires, je n’oublie pas que vous m’avez brisé le cœur, bande de petites garces.


Alors du coup je pense à une solution : attendre encore, puisque je ne trouve pas le temps de le finir ce P----- de roman et quand j'aurais vu défiler tout ce que je croyais nouveau, je n'aurais plus quà le jeter. Ca fait chier, non ?

INTERLUDE


Incroyable ! Ce soir la fille la plus célèbre de Nîmes s’appelle… Aurélie ! Je suis allé boire une copita à l’Impérator vu que j’avais reçu tout exprès pour moi un joli carton d’invitation au prétexte que j’écris trois conneries dans un blog perso, et le tout Nîmes taurin m’a parlé d’elle : et d’où elle est… et pourquoi tu ne l’as pas emmené… et t’aurais pas son numéro de téléphone…, j’ai un truc à lui demander…, je crois que je connais sa famille, j'voudrais vérifier… j’ai deux places pour la prochaine corrida, elle ne voudrais pas venir… , et je la danse, moi, la sévillane ! Infernal.



J’ai rien lâché. Niet. Kategorik. Circulez. Fissa. Ketchi. Oualou. Nada. Oublie. Même pas en rêve. Maï ta mamé. Te crezi. A bomber. Faï pas caga. Quand elles auront des dents. Professional secret. Mañana. Cours toujours. Croizy pa. Vaï te promena. Fume c’est du belge.



Mais c’était dur… J’ai du guerroyer ferme sur le pont-levis pour empêcher tous ces manants de s’emparer de la princesse… J’ai mouliné tant et plus, du casse-tête par le haut, et du brise-burnes par le bas, pour en arriver à être le plus haï de la soirée. M’en fous. Fallait voir comment les frustrations se noyaient, après ça. Suis reparti avant qu’il y ait complot sur ma tête. En loucedé.



Heureusement, ça a aussi permis de soustraire mon fils, quinze ans, à l’entregent des bourgeoises quadragénaires. Et vas-y que je sympathise et que je le questionne et le complimente… ç’est sa faute aussi, un visage d’angelot Florentin, un bon mètre quatre vingt-cinq, pas de malice, attractif de pureté. Et quand il leur disait enfin son âge de chérubin, ben… au lieu de se détourner, elles semblaient encore plus ravies… Et puis fallait voir le mal qu’elles s’étaient données, question façade ! Même chez Thérond ils n’ont pas autant de peintures, poudres, pigments. Moi je dis : la beauté d’une femme, c’est au réveil qu’elle se juge, pas en soirée ! Mais lui, pardi, il ne sait pas encore… alors tout content, il babillait à droite, à gauche, et vas-y que je trinque avec elle… et l’aut’ niaise-là, elle va arrêter de lui sourire ou je lui pique sa banderille d’olives farcies à l’anchois dans sa prothèse mammaire ? En v’la-t-y pas une qui lui jacte que AaaaaaAaaah Nicôooolaaaaas c’est beau comme prénom, tellement clâaasique et beau, que ça lui rappelle son meeeeeerveilleux voyâââge à Saint-Petersbourg et sa promenade en traîneau dans la neige…


Par ici, mon petit, viens voir papa, celle-là a beau te parler de congères elle doit être sortie de l’époque glaciaire depuis longtemps… Son petit volcan doit nécessiter une roidie d’uranium enrichi toutes les vingt-quatre heures. Je ne l’emmène plus ! Terminé ! Quand je pense qu’il n’y a pas si longtemps encore je le battais à la course et lui préparais son goûter au Nutella… M’est avis dorénavant que je traînasserai encore dans les startings-blocks tandis qu’il couperait le faisceau de la cellule photo-électrique… et que parmi les rombières multi-libérées y’en a des qui lui beurreraient volontiers la tartine. ( JP. Coffe) C’est à ce genre d’observations qu’on sait soudain un jour, qu’on est devenu vieux. Tiens, par exemple, quand la perspective d’une aventure avec une femme plus âgée ne vous excite plus… eh ben là, c’est sûr, c’est que vous êtes vieux.



Enfin, j’le veille au grain, le petit poulet. Sinon, que ne m’a-t-on pas dit sur les posts de la semaine… : tu nous gonfles avec ton voyage au campo, arrête ça, on n’en peut plus, ça nous ''laye''… passe à autre chose, manquait plus que ta pseudo déclaration d’amour-là… mais qui c’est d’ailleurs cette fille ? Où elle habite… ? Que fait-elle dans la vie… ? etc.


Sauf que moi je veux bien croire que l’élite que vous représentez s’emmerde à me lire, mais les chiffres de Statcounter sont là : 50% de visiteurs uniques en plus ! Et ça représente beaucoup plus que les 50 courbaturés du car ! Serais-je devenu populaire de Beauduc au Paty de la Trinité en passant par la ''Chou'' et Pioch Badet ? S’il le faut, même à Fielouse, je suis lu…


Je vous mets quoi, comme photo pour ce post ? Aurélie à cheval ça vous plairait ? Non, elle va me tuer… Des toros ? Pffff… on en voit partout… Tiens, une scène prise sur le vif, comme ça, au passage, en pleine nature, de progéniture, en Extremadure…

jeudi 11 novembre 2010

Voyage au Campo 5



Danse avec p'tilou...



Quand je me mets à votre place, j’ai des doutes : ça commencerait pas à être un peu lourd ce récit de goguette au campo charro ? Franchement… ? Même moi qui l’écris, je suis circonspect : ça va faire long pour aller jusqu’à l’issue d’un voyage pourtant court. Bôaah… en même temps, c’est l’hiver, vous n’avez pas plus à faire, question toros, vous n’êtes pas tenu de venir cliquer ici et puis tout le groupe d’Orthez qui devait venir et s’est finalement désisté, ça l’intéresse peut-être ? Enfin, je vais resserrer – c’est juste ça, le plus dur, pour moi, resserrer…-

Le lendemain : finca ''La Zamorana’’ chez Guadalest. Origine Carlos Nunez et Torestrella depuis 1986. Ancienneté à Madrid 1843 (6è rang). Belle salle des trophées sur une colline surplombant de jolies arènes. Une visite très vivante grâce à un mayoral heureux qui interpelle sans cesse les toros et ils suivent la remorque en troupeau dans de magnifiques paysages, puis beuglent de désespoir à la barrière en réalisant que nous ne transportons pas de foin. Bovins, va. Au loin, par delà les pentes douces parsemées de chênes liège si déshabillés que leurs troncs rougissaient d’être ainsi regardés, des pièces d’eau argentées miroitent à contre-jour sur l’horizon. Eh oui, ami lecteur, la poésie, ça ne prévient pas. A tes souhaits.



Tout est varié chez Guadalest : le paysage, son relief, les robes – des toros, hein, parce que les femmes…- on aperçoit même le nouveau né de la nuit, gardé à l’écart par sa mère qui jauge notre approche. Même les chansons modulées à tue-tête par le mayoral au volant du tracteur, sont variées. C’est possible qu’un type soit si heureux en pleine récession économique de crise mondiale, en Espagne aujourd’hui ? Pire, en extremadure ?

Voyons, étudions ce cas bizarre… qu’est-ce qui chez ce jeune homme, peut bien déclencher un tel sentiment de plénitude… Aaaah ça y est… j’ai compris… Aurélie est derrière lui, au premier rang de la remorque… et la beauté d’Aurélie, inspire… d’ailleurs je peux vous l’avouer : sur les mille photos de ce voyage, j’en ai neuf cent cinquante d’elle… presque… ne le répétez pas… normal, quand vous avez le choix entre un faciès de toro obtus et toutes les promesses de bonheur – potentielles, virtuelles, fantasmatiques - d’un sourire tel que celui d’Aurélie, par quoi êtes-vous capté, dites-moi ?
Aurélie c’est la grâce… cheveux de jais et yeux d’émeraude aux reflets mordorés… une jolie bouche qui découvre un sourire… un sourire… comment décrire un tel sourire, hein, Monique ? –private joke- C’est bien simple : quand Aurélie sourit, la planète bleue rosit, les flamencos se déchirent, les peones tombent à porta gayola, et même javier Conde se croise, les plaques tectoniques se chevauchent, les chevaux hennissent, les loups s’assagissent, les cailles bondissent et même Lenny, Kravitz ! Et donc, les mayorales vocalisent. Tenez-vous bien, il y en a même un qui a tenté de la garder chez lui, si ! Il l’avait même enfermée dans une cage ! Dedans, un loup ! Pour nous empêcher de la délivrer !! Je sais, vous ne me croyez pas, mais c’est vrai !!! La belle et la bête, en direct live. Photo censurée La beauté et la cruauté enfin réunies. Douceur et sauvagerie. Le rictus carnassier avec le sourire gracieux, enfin voyez, je ne vais pas vous faire la liste de tous les oxymores excitants que cela pouvait suggérer, pourquoi ferais-je tout le boulot, que votre imagination supplée la mienne.

Bon, le loup, Aurélie l’a négocié sans problème, rien qu’avec son charisme. Elle lui a fait le coup de « Danse avec les poux » et « Chuchote à l’oreille des toutous » et Canis Lupus était dompté. Nous, on est restés de l’autre côté de la cage, en liberté quoi, et le comble c’est qu’il fallait ravaler la frustration de ne pouvoir réveiller le fauve tapi en nous. Y’a un truc qui tournait pas rond, si ? Oui, c’est imparable, quand vous voyez de magnifiques yeux de biche poser leur velours scintillant sur vous, il ne reste plus qu’à hurler à la lune votre désespoir d’être moche, gros, vieux et pauvre. Loup y es-tu ? Oh que oui ! Mais désormais comme un piteux vieux loup pelé...

Vous étiez si séduisant quand vous étiez un jeune couillon tout fringant avec deux, trois idées bien arrêtées, des habits à la mode et un vocabulaire de trois cents mots... Quand vous pouviez prétendre être le torero de su corazon… louveteau aux dents longues capable de lui mordiller la nuque gentiment et de tenir haut perchée la note de votre hurlement nocturne… if you see what I mean… Mais bon, grâce à son regard gentil, ça vous renfloue des souvenirs agréables. C’est déjà ça.

Ca doit être terrible d’être une très jolie fille, non ? Subir partout des regards appuyés, des allusions lourdingues, des compliments obséquieux, on doit avoir un peu le sentiment d’être une proie épiée parfois… C’est pour ça qu’elle avait l’air si détendue dans la cage au loup, enfin inatteignable. Eh… les grosses moches, les petits boudins, les vulgaires sans âme, les suspicieuses agressives, les jalouses maladives, les mal fagotées, embouchées, dégrossies, vous ne connaissez pas votre chance d’éprouver une paix royale ! Et puis on devient très con devant une belle femme, vous savez ça ? Le cerveau bégaye, la pensée déraille, la logique se délite et les goûts changent ! Tenez, moi par exemple… j’avais horreur de cette espagnolerie superficielle et gaie qu’est la danse Sévillane : eh ben quand je regardais danser Aurélie, j’adorais ça, dis donc ! Ca me passionnait… quasi… Surtout quand elle m’a glissé à l’oreille – ouais, à cause du bruit ambiant…- :

- Il y a très peu d’hommes qui dansent la sévillane, tu sais ?


Photo censurée Oh Putain, là mon sang n'a fait qu'un demi-tour... - premièrement parce qu'il ne faut jamais écrire de lieu commun, deuxièmement je n'ai pas à vous décrire mon anatomie...- j’me voyais déjà, sitôt rentré à Nîmes, passer devant la cohorte des hommes –ils auraient tous entendu sa phrase, dans mon cauchemar– qui attendaient devant le centre culturel andalou pour obtenir mon inscription de haute lutte afin d’apprendre les pas nécessaires à l’éventualité de danser un jour avec elle, les yeux dans les yeux, comme il se doit. Cours du soir, répétitions, stages intensifs, j’aurais tout fait ! J’aurais écouté des CD dans la voiture entre deux visites à domicile, j’aurais virevolté d’une cabine à l’autre, d’un patient à l’autre, d’une pathologie à l’autre, gaiement : Olé ! en zapatéant comme un fou sur la moquette du cabinet, en lisant les radiographies à la voléééé, entonnant les conclusions comme un détraquéééé : et ta vertèbre elle est soudééééé, tu vas finir tout lordoséééé, ça te servira pour danséééé, d’être si bien cambréééé et avec tes douleurs ne me fait plus chiééééééé....
Alors, moi, vous me connaissez depuis le temps, je voyais une botte de paille dans un coin et je disais à la belle brune : « Viens...! mettons-nous là …» et j’en profitai pardi, à l’écart du groupe, je… la photographiai ! La grande photo, au-dessus, là… Photo censurée C’est moi qu’elle regarde comme ça ! Vous vous rendez compte de l’effet que ça me faisait ? C’est que je suis un sensible, moi, attention, fragile, faut pas me regarder le fond des yeux comme ça : on ne se rend pas compte des dégâts occasionnés. Frontaux, collatéraux, subliminaux, j’ai l’air d’un veau. Heureusement, j’avais acheté avant le départ, une optique VR, stabilisée, sinon c’était le flou de bougé assuré. J’espère qu’elle ne va pas m’en tenir rigueur, de vous l’avoir présentée… moi, je suis pour le partage des beautés de la nature, mais bon, sachez que si elle me demande expressément de l’enlever, je le ferais. Je n’aimerais pas me retrouver en procès avec elle… on ne sait jamais avec les jolies filles… Vous l’avez sans doute vérifié lors de votre divorce, plus une femme est belle plus elle est cruelle en cas de conflit ! Mais j’en serais malheureux, mon blog, jamais, n’a eu un si joli modèle. Je lui ai demandé l'autorisation, pour tout vous dire... elle m'a répondu :

- je n'y tiens pas...

C'est pas un refus catégorique ça, vous êtes d'accord ? Elle est bien élevée quoi, elle ne veut pas spécialement se mettre en avant mais c'est différent de "non", oui ? Bon enfin... je ne vais pas tarder à être fixé....

L’après-midi, il pleuvait comme vache qui pisse et le groupe s'est réfugié dans les écuries de Leonardo Hernandez histoire de vérifier que j’étais à jeun de ma couverture anti-histaminique : la trouille que je leur aie refilé aux purs-sangs avec mes éternuements !

Du coup, tu vois ‘’GG’’, il devait y avoir aujourd’hui les photos de tes exploits en piste. Cela attendra un peu, avant de glorifier tes blessures, on rend hommage au sourire d’Aurélie qui aura baigné l’austérité des paysages de l’extremadure, de sa lumière.

Au fait, accessoirement, sur un plan purement taurin, ça y est, c’est officiel, nous détenons la preuve que l’afeïtado n’existe pas : on a retrouvé ça, chez Guadalest, au pied d’un cajon.