Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

jeudi 26 avril 2012

PH : la conférence de presse


Il a un côté maso le petit jol, non ? Je ne comprends pas pourquoi il tient tant à ce que je me pointe chaque saison à la conférence de presse du prix Hemingway... Il me prend pour un journaliste ou quoi ? En plus, chaque fois, il se croit obligé de dire un mot gentil sur moi, genre : participant régulier du prix (ce qu'on peut tout aussi bien traduire par looser patenté du prix...) blogger génial, etc.... putain j'te dis pas la gueule des journaleux comme ils me toisent instantanément avec mépris... puis ils arrivent ici, découvrent ce blog de facho en campagne, et c'est bon, je suis étiqueté pour la vie...
Il tient à ce que je vienne, alors que plus polémique que moi, y'a pas, et que je ne partage à peu près aucune des évolutions de ce prix... A commencer par les sponsors : à Nîmes, de tout temps les Nîmois savent que la bonne brandade, c'est la Mouton, pas la Raymond... eh oui... or Hemingway était un mec authentique, un couillu qui ne dédaignait pas affronter des fauves et se bagarrer sur les pontons de Key West et aurait sans nul doute préféré l'aïoli à la mayonnaise, et la brandade goûtue, péchue, âpre, grise et épaisse, qui broie aussi la peau et les arêtes, à cette émulsion crémeuse pour petites filles allergiques à la morue... Oui, j'insiste.

Et d'une... de deux, moi, c'est le Berger blanc que j'aime, pas le Ricard ! Avouez... ça partait mal... Remarquez, tant que cela ne concerne pas la nourriture spirituelle, ce n'est guère roboratif et on pourra toujours faire comme ma voisine qui branla de la tartine jusqu'à virer sa tapenade sur l'assise en cuir d'un joli fauteuil de l'Impé... Et sais-tu pourquoi lecteur ? Je t'explique : parce que, pour faire chic, la pseudo brandade et autres tapenades de couleur variables ne sont pas tartinées comme l'aurait fait ''Papa'' sur une tranche de bon pain, eh non... elles sont façonnées en quenelle, à la cuillère à soupe comme on te l'apprend chez Vatel... il n'y a aucune prise entre le parpaing et le mortier : c'est de la quenelle hôtelière de mémère délicatement déposée sur un ''toooâaast''.... Quêteur d'authentique, passe ton chemin, tout cela est bien trop précieux pour moi, rustre consommé. Vivement que je puisse embarquer sur un ''Pilar'' quelconque, en bermuda et chemise déchirée pour aller pêcher le Marlin un puro à la boca dans la baie de la Havane.
Bon alors, après qu'est-ce qu'on a ? Ben toujours pareil, le prix est décerné par un jury qui se bourre la gueule avant la délibération, au restau, c'est donc pour ça que l'année où Martin a été élu ils ont choisi la mauvaise nouvelle alors que sous pseudo il en avait écrit une autre quasi géniale...
Moi je dis, une idée comme ça en passant aux organisateurs du prix, que le mec qui a été finaliste mettons, cinq ou six fois, doit ressentir une telle frustration qu'on devrait lui prendre en charge une année alcoolique (ouais tout comme le vainqueur du prix, parce que tu comprends offrir l'open bar de l'Impé à un Vosgien, ça ne mange pas de pain...tandis qu'à un looser nîmois patenté qui écluserait en temps réel...là oui...) 
 
Donc toujours pareil, il y a de plus en plus de nouvelles, de mieux en mieux écrites – sauf qu'il y en a pas eu qui m'ont plus régalé que la toute première de Deck... - et qu'apparemment le sommet de la branlette intellectuelle liby-dîneuse serait que le prochain gagnant soit une gagnante et anti-corrida de surcroît, ce qui serait la preuve irréfutable que le prix serait un prix littéraire et non une engeance pro-corrida... Bon, anti-corrida encore je veux bien... mais une femme ! Faut pas déconner !
Là, ''Sponsor-Ricard'' a élevé la voix et jeté un petit froid dans l'assistance en précisant qu'il faudrait alors s'adresser à Berger Blanc ou autre pour sponsoriser... du coup Jol-y-jumper a pirouetté qu'une ouverture d'esprit ne pouvait aller jusqu'à une fracture du crâne ce qui n'a fait rire que lui (et moi...) tellement sa vanne est tombée à plat. Pire, je suis sûr que si Don Ernesto avait été parmi nous, il aurait sifflé le reste de son daïquiri cul sec et serait venu décalquer d'une droite monumentale la trombine de dandy de ''petit poisson méditerranéen'', même qu'on aurait même pas pu faire de la brandade Raymond avec les restes...
Autre ''curiosité'' le prix Hemingway n'est pas, comme tous les autres prix littéraires de la création, unique. Il est double... un effet de l'alcoolisation peut-être, vu qu'il aura en 2013, son jumeau à Madrid... J'avoue ne pas bien comprendre le concept... (je te l'avais dit qu'il ne fallait pas que je vienne...) La péripétie étant annoncée comme un événement heureux et semblant séduire brandade et Pernod, enfin le jaune, quoi... ma foi... enfin, mon foie... Il y aura donc deux gagnants... un peu comme si le Renaudot avait un gagnant dans chaque pays... Ont-ils seulement un instant pensé à mon ego déjà over-surdimensionné ? Non, parce que moi, si je gagne un jour sur le sable de Las Ventas, j'en pète ! Quoi lecteur ? Il n'y a aucune chance ? Ouais, pas faux... salaud, va... M'est avis, plutôt, qu'ils se sont fait toréer par doblones par un Casas jamais à court d'une idée, très content d'importer le truc sur ses nouvelles terres.
Enfin, l'essentiel étant qu'au fil de la lecture des deux cent deux nouvelles de l'année, le jury soudain reçoive l'électrocution de la mienne, une bombinette écrite dans le seul but de n'avoir pas à espérer cette année, qui va leur péter à la gueule, j'vous dis pas avec quelle force ! Mais si ça se trouve, ils seront tellement bourrés que c'est celle qu'ils vont préférer, noun di Diou !
Non, finalement comme innovation marquante et approuvée je ne vois guère que la présence du sourire de Fabienne Comte, diabolique collaboratrice au visage d'ange, encore plus doux qu'une brandade Raymond.

22 commentaires:

Anonyme a dit…

Toi... mais je te l'ai déjà dit, tu ne le gagneras... jamais !

Marc Delon a dit…

C'est pas dit : le jury et tellement bourré parfois...

Anonyme a dit…

C'est bien qu'on soit à nouveau très informés et que le suspense commence à s'installer.
Gina

El Jipe a dit…

Con superior permiso de la autoridad y si el tiempo no lo impide, normalement, cette année, je devrais le gagner. Normalement...

Marc Delon a dit…

je te le souhaite sincèrement El Jipe

Blogito de la Placette

El Jipe a dit…

Promis, si ça arrive, je te rétrocède le coup à boire quotidien à l'Impérator Marco. Rapport à ce que je cassule pas trop, hormis de la grenadine.

Maja Lola a dit…

Maaarc ... quand on a envoie une bombinette on ne l'annonce pas. Il ne faut pas "tuer" l'effet de surprise !
Espèce de terroriste de la Placette.

Ojala el tiempo no lo impida El Jipe.
Suerte !

Pedroplan a dit…

Ah ben moi aussi j'ai été finaliste de la première édition. J'ai dû finir dernier des finalistes puisque la ,noyuvelle n'a pas été éditée dans le recueil. Et depuis, je n'ai jamais récidivé. Donc je ne gagnerai pas en 2012. Mais attendez 2013 et vous verrez ce que vous verrez.

PS - Et vous croyez qu'il y a un petit type qui choisit de me faire taper ogromb machinchose poyur communiquer ? Ou que c'est un robot qui lutte contre ses congénères ?

El Jipe a dit…

¡ Hola Maja Lola !

Marc Delon a dit…

Pedroplan si tu veux nous confier cette nouvelle, nous la publierons zici avec plaisir !

Pedroplan a dit…

C'estcomme si c'était fait.. Mais je fais comment potu l'envoyer ?

Maja Lola a dit…

¡ Hola El Jipe !

Marc Delon a dit…

ben... tu me l'envoies ! y'a pas mon email tout en haut de la portada ?

marcdelon30@orange.fr

el Chulo a dit…

hola maja!

Maja Lola a dit…

¡ Hola Chulo !
De regreso entonces .... Beaucoup de choses à raconter sans doute ? Un parfum d'Hemingway dans les valises peut-être.

Marc Delon a dit…

Tu vois chulo comment elles sont les femmes ? Tu pars une semaine à Cuba faire un "revivre" communiste et hop pendant ce temps elle fricote avec un petit nouveau de la côte d'Azur...

Marc Delon a dit…

Meuh... Maja Lola le jury il écoute France-Culture et déblatère sur Sarkosy pendant ce temps... tu crois pas qu'il vient s'ennuyer par ici, non... on est entre ploucs de la Province, là...

Maja Lola a dit…

Je ne faisais aucune allusion au prix provincial, Marc .... mais à l'Ernesto dans sa période cubaine dans sa bodeguita de en medio ! Parce qu'il n'y a pas que les "barbudos" et le communisme à Cuba, caramba !
Ce ne serait pas toi qui serais un peu "province" en ce moment ? Hmmm ?

Marc Delon a dit…

? j'ai bien lu ça quand même :

<< Maaarc ... quand on a envoie une bombinette on ne l'annonce pas. Il ne faut pas "tuer" l'effet de surprise !
Espèce de terroriste de la Placette. >>

Non ? Brandade et Aïoli les deux mamelles de ma province.

Maja Lola a dit…

Tu as bien lu. Mais mon commentaire faisait écho à mon allusion à l'Ernesto période cubaine suite au voyage de Chulo chez Fidel.... pas à mon mot précédent sur le PH.

Difficile de suivre n'est-ce pas ?

Marc Delon a dit…

Ah ouais... là j'étais largué, à mon âge faut pas espérer mieux...

Maja Lola a dit…

Ouh làààà ... Oméga3 à la place du rhum arrangé !
Je te dirai, quand j'atteindrai ton âge ....