Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

mercredi 22 janvier 2014

Tremendos Afectos

Le spectacle de clôture du festival, avec Rosario la Tremendita et Rocío Molina a été magistral.
La voix de La Tremendita a servi la créative et envoûtante danse de Rocío Molina. Servi ou magnifié ? Car tout était fusion entre ces deux prestations, ces deux expressions artistiques. Jusqu’au susurrement de complicité féminine dans leurs secrets et mystères avoués portés par le scénario.
Contrairement à d’autres « créateurs » (que je ne citerai pas) plus enclins à du « décousu-main » pour faire crier au génie dans un éclectisme sans queue ni tête, Molina offre tout sur un même plateau : flamenco évolutif à la gestuelle précise comme une horloge où l’émotion et le mystère sont toujours présents, mâtinée de mélanges orientalises, asiatiques délicatement décelables à l’oreille et à l’œil sans pour autant dénaturer la racine flamenca qui les porte.
Puissance insoupçonnée dans cette jeune femme qui « explose » littéralement d’énergie, étonnant déploiement de son jeu de pieds nus qui, à l’instar d’un jeu de mains d’une Isabel Bayón, déroule les doigts dans une rythmique parfaite, tout le spectacle a été lumière.
L’originalité d’une contrebasse entre les mains expertes du jeune Pablo Martín se marie parfaitement à la guitare de La Tremendita … preuve que d’autres instruments peuvent se fondre dans l’expression flamenca.
Voilà donc un flamenco actuel, inventif et rare. Belle et brillante clôture de ce cru 2014.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

MERCI Lola pour ces moments de passion que tu as partagés avec passion.
Gina

Marc Delon a dit…

c'te Maja Lola... elle est infernale... elle sort tous les soirs... gaffe au Burn-Out festif...

Maja Lola a dit…

Pfff ... pas de risque ...après le spectacle, une camomille ;-)