Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

dimanche 2 mars 2014

Pressing affectif pour linge très sale


Un été à Osage County 

Dans les vapeurs caniculaires de l'été au cœur de l'Oklahoma, dans l'étuve d'une maison calfeutrée où couvent les non-dits, une femme que l'on dit lunatique et paranoïaque, surtout victime de la perception de sa vie qui la fuit irrémédiablement, se bat contre la vieillesse et la maladie qui l'affligent, la solitude qui la guette. Alors, sans précautions, en toute provocation, puisqu'il est grand temps, devant sa famille réunie, elle va tout mettre sur le tapis, enfin, pour voir...

Sauf que la mort d'un proche ne convoque pas le bluff mais allume au contraire toutes les mèches de ces bombes familiales, secrets bien gardés mais trop scandaleux et dérangeants pour qu'ils n'explosent jamais. Que l'un d'eux pose le pied sur une de ces mines anti-personnelle et la réaction en chaîne hallucinante s'ensuit. Ça pète fort dans tous les coins de la maison, et comme l'on ne s'est pas vu depuis un bail, les rancoeurs sont tenaces et les révélations nombreuses. Et moches... très moches, comme peuvent l'être celles des humains qui s'oublient. Et donc, intéressantes pour nous, spectateurs. Car enfin comment espérer soutenir notre intérêt deux heures durant, en nous racontant que tout le monde est gentil et heureux de vivre au pays du bonheur ? Mmmm ? Avouez... ils nous plaisent les problèmes des autres, pour amortir les nôtres...

Au cours d'un repas indigeste, on ira crescendo droit au clash, jusqu'au pugilat. Julia Roberts est bien là, mais oubliez la nunuche de ''Pretty Women'' ! Elle tient là un rôle très dur et sans concession pour donner la réplique à l'extraordinaire Meryl Streep, une actrice qui serait certainement apte à nous évoquer la zebrétude d'un zèbre, vêtue d'une robe léopard.

Ce film est l'adaptation par John Wells d'une pièce de théâtre de Tracy Letts et cette filiation est bien perceptible : une sorte de ''théâtre en extérieur'' où, au cœur de cette famille, les tragédies, les haines et les rancunes côtoient l'affection, l'humour, la compréhension. N'hésitez pas à aller déposer votre sensibilité sur le grill de l'été des règlements de compte à Osage County. Méfiez-vous quand même des balles perdues mais il y a de grandes chances qu'en quittant soulagé, la table de cette famille, la vôtre, qui l'eût cru, vous paraisse douce. Bonne thérapie, donc !

4 commentaires:

Maja Lola a dit…

Cette reseña donne très envie d'aller se perdre dans l'huis clos de cette famille .... Il est des moments de la vie où nous nous sentons très concernés par ces secrets si lourds parfois, refoulés souvent.

Anonyme a dit…

Pas envie laver linge sale (meme en famille) surtout qu'il n'y a pas de mistral en ce moment
alors celui des autres .... j'irai peut etre voir la méryl

gina a dit…

Belle Cène. Chacun met les pieds dans les plats. Plus de dessous de table !

Marc Delon a dit…

Super Gina a frappé fort !!! je suis votre apôtre, disciple, etc...