Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

lundi 19 juin 2017

Barquerito a écrit :



On dit que les toreros viennent au monde pour nous apprendre à mourir. Moi je crois qu’ils nous apprennent à vivre. Ivan Fandiño perdit samedi sa dernière bataille parmi toutes celles qu’il mena car il vivait, sans doute sans le savoir, pour lutter et que tout ne s’acheva pas comme il le voulait.


Nous recevons à présent cette terrible leçon : c’est faux cette légende selon laquelle les rêves se réalisent. Ivan Fandiño était venu au monde pour ouvrir cette réflexion. Comment voyons-nous celui qui le tente et qui, pour quelle qu’en soit la raison (le toro, le vent, la chance, les magouilles administratives, les coups de poignard dans le dos et toute les saloperies humaines qui nous entourent et qui, je le suppose, doivent être en train de nous monter sérieusement au nez) ainsi que pour quelques autres raisons disais-je, nous fait prendre conscience que, non, tout ne se réalise pas comme on voudrait.
 

Ivan Fandiño était venu combattre et s’en est allé pour nous faire prendre conscience de toutes les fois où nous donnons plus d’importance au résultat qu’à l’intention. Toutes les fois où nous disons :


« Bah, je savais qu’il allait se tromper »


Ivan Fandiño venait de la partie sombre de la lune où mon père disait que vivaient les toreros qui n’arrêtaient pas de triompher en le méritant comme ce torero-là. Ivan Fandiño et son regard de Western étaient venus au monde pour nous faire réfléchir à la façon dont nous traitons ceux qui échouent, à ce qui est le plus important : gagner des guerres ou les faire.
 

Ivan Fandiño voulait être « pelotari », mais en réalité il naissait pour perdre toutes les batailles pour nous, comme un messie, comme s’il expiait tous les triomphes, toutes les conquêtes qui, à la fin, se terminaient avec les noms des autres. Fandiño, comme le silence dont a besoin la mélodie. Fandiño, perdant pour que les autres puissent gagner. Son cadeau a été la défaite, jusqu’à tout perdre, jusqu’aux battements de son coeur en route vers l’hôpital de Mont de Marsan. Payer le prix d’autres gloires …


 Quelle injustice, mais quel tribut !


Clôturant cette édition, je l’imagine ballotté, perdant les « alamares » aux portes de quelque ciel dans lequel il puisse y avoir une justice.


Mes respects, torero.


Merci

Merci à Maja Lola pour la traduction

Aucun commentaire: