Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

jeudi 6 juin 2013

Romeria de Mauguio

L'Espagne est là, toute proche et sans passer la frontière. On ne peut empêcher un peuple de migrants de se regrouper quelque peu pour vivre parfois chouïa comme là-bas. Cette constatation plutôt dictée par la volonté de ces communautés et le prix du marché immobilier que par le supposé ostracisme ambiant, est souvent péjorativement imputée aux bons Français empêcheurs d'intégrer en rond quand il  s'agit de Maghrébins, sous le terme volontiers employé de "ghettoisation" est par contre tout à fait digne et légitime pour les autres, comme ces colonies d'espagnols largement regroupés dans certaines communes et d'une grande hospitalité. C'est le cas à Mauguio dans l'Hérault qui fête sa Romeria ce week-end : concours de paella, de Sévillanes, Flamenco à tous les étages et corrida de gala cette année pour ce pueblo où vous serez les bienvenus. Si vous projetiez de passer le week-end en Espagne et que vous vouliez économiser des kilomètres...

5 commentaires:

el Chulo a dit…

Oui ce sont deux histoires fort différentes. J'ai lu quelque part, qu'après la Guerre d'Espagne, il y avait plus d'espagnols que de français à Nîmes, et il y avait de plus une tradition d'émigration espagnole bien plus acienne.
les réfugiés politiques, n'avaient pas d'autre possibilité que de s'intégrer, car le retour en Espagne signifiait au minimum l'exclusion, la misère voire la mort.
mais tu as raison de souligner comment ces manifestations d'attachement à leur identité et à leur culture dans la république française font chaud au cœur!

Ludovic Pautier a dit…

Lori, Cristo ,Manuel...joli programme.

Anonyme a dit…

Allons, allons, Chulo, n'exagérons pas ! La mort comme retour en Espagne ? Il ne faut tout de même pas croire qu'ils étaient tous des têtes pensantes des rouges et qu'ils étaient tous très dangereux pour Franco ! Ils sont restés pour pouvoir manger, punto.
Et ces émigrés là, EUX, avaient toutes les cartes en main (même celle du Parti) pour s'intégrer parfaitement.
JLB

Marc Delon a dit…

<< font chaud au coeur>> et que donc toute aversion pour d'autres manifestations d'autres peuples dans notre république, ne serait que le témoignage d'une xénophobie ?
Pas si limpide, l'équation... je préfère les concours de paellas de rue aux concours de rôtis de voitures, oui... etc, etc... mais tout le monde, non ?

el Chulo a dit…

J'insiste JLB, pas seulement pour manger. voir aussi peio, zugazagoitia, campanys, qui c'est vrai étaient des politiques.
de plus, voir la trop fameuse ley de responsabilidades, franco considérait que la guerre n"était pas achevée: quiconque était soupçonné soit de s'etre opposé à la rebellion, soit d'etre resté passif, soit d'etre areligieux etc sans parler de communiste ou maçon était au minimum dépossédé, ou envoyé en camp de travail ou au besoin fusillé. IL y eut bien plus de victimes entre 1939 et 1945 que pendant la guerre elle même e 36 à 39. Grimau bien plus tard fut exécuté au nom de cette loi que même le cunadissimo jugeait juridiquement extravagante!