Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

dimanche 6 octobre 2013

Rainbow Family

A Dourbies, c'est tipi ! Ils sont les petits enfants de Woodstock canal historique aux aïeux embourgeoisés, ils aiment la paix, l'amour et la liberté, n'essayent d'avoir de règles que les leurs, Peace and Love, près de la nature, l'humaine et la nourricière. Ils ont comme chaque année investi en catimini un territoire sans en référer à son propriétaire car demander une permission c'est le plus souvent se la voir interdire. Ils sont cools, pacifistes, tolérants, anarco-bucoliques, naïfs ou clairvoyants, allez savoir qui détient au plus près LA vérité... ? Dans une clairière cévenole, le temps d'une lune, pour un mois et demi ils ont planté tipis et yourtes autour du ''chapeau magique'' qui chaque jour se remplit de biftons anonymes permettant d'assurer l'intendance de la gentille collectivité. Ce sont des familles à spectre large d'où peut-être, le ''rainbow'' emblématique, ils tentent de s'affranchir des codes moraux étriqués comme la fidélité que seuls les couples ont fait rimer avec exclusivité : reproche-t-on à un ami son infidélité au prétexte qu'il a d'autres amis ? Expliquait l'autre jour sur les ondes un distingué commentateur... Ils siègent en conseil sous le tipi principal, assis en rond, soumettant à leurs sagaces sensibilités toute décision à ne pas prendre, se passant le témoin d'un micro d'un nouveau genre sans décibels boostés, le ''bâton de parole'', une sorte de chasse-mouche de chef Baoulé pour parler ou ne rien dire, selon l'envie, silence salvateur au milieu de la cacophonie ambiante préoccupée – Valls l'aurait-il passé à Duflot ? Aurait-il eu les mêmes mots après les trois cent trente morts de Lampedusa ? Dont on est ici très loin en allant chasser en billebaude le cèpe et autres psilocybes plus hallucinogènes que l'édito de la revue TOROS tentant d'identifier les raisons de sa plongée (!) 

(Non, vous dirais finalement rien là-dessus, j'écrirais perso à son dirlo au cas où un avis extérieur l'intéresserait, ça va chier ! Enfin, cool, rainbow-cacouner... Non ? ça l'intéresse pas ? Oui je sais, ben je lui écrirais quand même, peut-être... il apprendra deux ou trois trucs dont il ne se doute apparemment pas)

Mais tout se perd et il paraîtrait qu'un bobo gratteur de feu de camp scout aurait remplacé à la Fender Stratocaster le génie subversif, virtuose, imaginatif, sauvage, dantesque, et corrosif de Jimmy Hendrix, et qu'on l'écouterait aussi religieusement en se tenant par la main et en dodelinant doucement du cap. Ben merde alors, ils seraient dégénérés eux aussi ? Plus de drogue, pas d'alcool, rien que des câlins. Des gros câlins, itératifs et interchangeables, donneurs d'orgasmes sans phase de longues concertations où le mâle réprime avec civilité sa pulsion démoniaque tandis que minaude flattée la femelle... Plutôt un ''tu veux ou tu veux pas'' sous tipis riquiquis. J'ai failli m'y rendre, non pas pour les câlins, pour ça pas besoin d'être dans l'inconfort et la boue, non, pour la photographie ! J'avais là un vrai sujet, ethno-bobo-archéo etc ! Hélas, déjà fait, merci internet de couper court à toute velléité de série originale... Enfin j'hésitais quand même encore un peu quand j'ai reçu ma taxe foncière... et là... j'avais plus qu'à foncer au boulot pour renflouer la trésorerie, afin de payer mon tipi en dur. Et puis bon, on a beau dire, on n'est pas habitué à la lenteur, le bâton de parole aurait tourné pendant trois jours rien que pour savoir si je pouvais shooter tranquille... ça m'aurait vite Rainbow-gavé. J'avais des idées, pourtant... je voulais m'intéresser au food circle végétarien et sa conséquence naturelle, l'organisation du Rainbow-Cacouna en plein bois... c'est vrai quoi, c'est important la gestion des déchets organiques chez les écolos... Y a-t-il un trône commun où chacun va déposer l'offrande de ce lourd fardeau qu'il recouvre d'une Rainbow-Louche de copeaux de Cèdre (du Liban) ou chacun va-t-il déposer un joli Rainbow-Bronze des bois au hasard de sa route qu'un gentil halluciné tentera de cueillir ? Ma foi... l'essentiel c'est que tout le monde soit cool en attendant l'effondrement de Babylone, non ? Rigolez pas, bande de cyniques pragmatiques, au train où vont les choses, c'est peut-être ce qui nous attend, la régression sylvestre.

PS : le premier qui me sort "Le recours aux forêts" d'Onfray pour étaler sa culture gagne une Rainbow-Rouste (c'est des caresses et des bisous)

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Trop de monde sur la photo pour que la vision soit bucolique et paisible. Il y a toujours un tipi plus haut que les autres et sans doute quelque chef qui se détache du groupe.
Après le texte en "ouragan" et la photo, on rêve à un tipi isolé dans dans un coin à cèpes bien secret.
Gina

Anonyme a dit…

Tipi, c'est Tony Parker ?
JLB

Anonyme a dit…

Dourbies et Gourbis ?
JLB

Maja Lola a dit…

Oui Gina, cela prouve bien que tu n'es pas adepte des communautés .... sinon quel intérêt pour un tipi isolé ?

Le tipi plus haut que les autres ?
Peut-être pas celui d'un chef mais un espace propice au "magma humain" si prisé par les communautés hippies (ou pas ...)

En tout cas le cercle si bien organisé s'apparente plus à du badaud bobo dansant une gavotte neo-fest noz qu'à une communauté canal historique ;-)

Anonyme a dit…

et puis se "rainbow-torcher" avec les petites feuilles piquantes de chêne kermès, non merci...

Anonyme a dit…

C'est la peur de la "rainbow-rouste" qui paralyse les intervenants ?

A moins que ce ne soit l'abus de feuilles chêne kermès .... !

Un de Baumugnes