Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

mercredi 22 février 2017

Je vous souhaite un bon bulletin de vote...





Allez, on y croit on y croit...

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Pas faux tout ce qui est écrit mais à relativiser tout de même car ce que font certains n'a rien à voir avec l'ampleur de ce que d'autres pratiquent, les sommes en jeux sont bien différentes. Il faut quand même faire attention à la propagation du "tous pourris" qui a pour fâcheuses conséquences de faire monter l'extrême droite et les risques qui vont avec. Même si je pense que M Le Pen ne sera pas encore élue ce coup ci, il est clair que le danger se rapproche de plus en plus. Il faut avouer que tout est fait pour lui donner de l'ampleur: les banlieues qui s'enflamment suite à l'affaire Théo,ça peut se comprendre au début mais le trop étant l'ennemi du bien, on doit se poser la question suivante: A QUI PROFITE LE "CRIME"?
LE FN et/ou à Daesh n'en sont ils pas les principaux bénéficiaires? en tout cas ils ont un intérêt commun. A tel point que l'on est en droit de se demander si les principaux meneurs de ces mouvements ne sont pas payés par quelques intégristes bien intentionnés ou par quelques militants FN pour attiser les braises et en tirer des bénéfices en terme de voix. En effet Daesh aurait intérêt que Le Pen soit élue pour mener la politique discriminatoire promise et ainsi monter les gens les uns contre les autres. Certains ne manqueraient pas de se radicaliser, politiquement, religieusement, face à un pouvoir de plus en plus excessif,avec le risque de voir peu à peu la population basculer dans une guerre civile souhaitée par Daesh lui permettant d'avancer encore davantage. De plus Le Pen se présente comme la candidate anti système alors qu'elle y trempe en plein (voir les dernières affaires en cours) et qu'elle sait en profiter pleinement, comme son cher père d'ailleurs dont il est connu comment et avec qui il a monté son entreprise familial. Mais ne nous affolons pas, d'ici les élections la vérité concernant le FN et ses dirigeants finira par se savoir et nul ne sera plus dupe. Et Le Pen sera battue ! Jules Goyavent

Anonyme a dit…

Les candidats délinquants
Fillon et Le Pen convoqués par les juges prochainement sont 2 candidats qui se disaient, et se disent toujours d'ailleurs, anti système, propres et honnêtes. Pour le premier, il dit qu'il se rendra à la convocation du juge, ce qui démontre malgré tout qu'il lui reste encore un peu un certain respect de la justice. Son entêtement à se maintenir ressemble de plus en plus à un "caprice" puéril qu'à l 'esprit responsable que nécessite la fonction briguée. Même si éventuellement ses chances d'être élu ne sont pas complètement nulles, selon ce que continue à dire son fidèle entourage, comment pourrait il gouverner après ce qu'il a dit sur les juges, les médias et surtout comment pourrait il demander aux français les sacrifices prévus dans son programme alors que, abusant de sa situation privilégiée de député, il en a profité pour se verser, au travers de son épouse et de ses enfants, des rétributions lui permettant de vivre en gros bourgeois. Sa crédibilité est définitivement nulle.
Pour autant, face à une Le Pen présente face à lui au 2eme tour, il pourrait néanmoins être élu car mieux vaut un filou qu'un état fasciste, car avec un filou au pouvoir, les manifestations, la rue comme on l'appelle maintenant, peut se faire entendre et faire changer les décisions prises . Car Le Pen l'a bien annoncé, son mépris pour les juges et la justice de son pays est encore bien pire que celui de Fillon puisque cette candidate ne daigne même pas se rendre à la convocation des juges de son pays en faisant jouer son immunité parlementaire européenne, ce qui apparait tout de même comme un comble de sa part. Comme quoi quand même, pour quelqu'un qui se dit anti système, elle sait bien en profiter quand cela l'arrange. De plus elle a annoncé clairement la couleur, si elle est élue il faudra que les juges et les fonctionnaires soient soumis à sa cause et surtout à sa personne. Ajoutées à cela les discriminations de tout ordre, raciales , politiques , syndicales, nous sommes en plein fascisme. Quand on sait d'où elle vient il n'y a rien d'étonnant à cela! Elle aussi, tout comme Fillon, a abusé de son poste de députée pour payer de proches collaborateurs (sans jeu de mots), économisant ainsi de sortir de l'argent des comptes de son parti ou de sa propre poche. Et avec elle, j'imagine mal que les manifestations soient longtemps tolérées, d'abord parce qu' à mon avis il y en aurait beaucoup face à des décisions iniques, ce qui ne manquerait pas de l'importuner, et qu'en plus l'acceptation de la contestation n'étant pas une de ses vertus,toute mise en cause de ses décisions ne pouvant être tolérées, seule la répression deviendrait la réponse.
Reste comme présidentiable les candidats Macron, Hamon, Mélanchon qui semblent, du moins pour l'instant, sans histoire. A moins que A Juppé rentre en campagne suite à la démission de Fillon, ce que ce dernier serait avisé de faire selon moi pour éviter un suicide collectif de son parti qui ne serait profitable à personne vue la conjoncture actuelle. Et surtout le fait que Juppé présent au 2eme tour face à Le Pen a quand même plus de chances de la battre que Fillon ou Macron Jules Goyavent

Marc Delon a dit…

Longue et formidable analyse que je suis loin de partager. Le fascisme je le vois ici : un syndicalisme capable de paralyser le pays à répétition alors qu'il ne représente que quelques pour cent de la population, empêchant les réformes qui ne sont pas favorables aux tire-aux-flancs qui veulent toujours plus en travaillant toujours moins tout en se proclamant "progressistes".

A force de non revalorisation et d'explosion des frais et des prélèvements, le professionnel libéral que je suis gagne maintenant comme les ouvriers qu'il soigne sauf qu'il n'a pas de 13e mois, de primes diverses, de congés payés, de droit au chômage ni même à la maladie car - sauf à prendre une balle dans la tête - je ne pratique pas l'absentéisme, ils ont besoin de moi. Tout ça pour 50 heures par semaine car si j'en fais 35 autant me suicider tout de suite.

Le fascisme je le vois dans la dénonciation de pratiques légales et connues depuis des décennies à trois mois des présidentielles quand on se rend compte de la baffe et du désaveu que l'on va se prendre vu l'engouement que suscite le candidat de droite. Je rappelle que parmi ceux qui lui reprochent ce qu'il a fait, certains le pratiquent encore - ce que je ne leur reproche pas, c'est légal ! - alors que lui a cessé en 2013. Je rappelle que cette enveloppe lui est destinée qu'il embauche ou pas et donc que c'est de toutes façons à lui que lui serait revenu cet argent !

J'espère de toutes mes forces que malgré abandons et trahisons il se maintiendra et sera élu car il faut maintenant voir cette non campagne comme elle devrait l'être, c'est à dire la rencontre en phase entre un homme et son pays.

Car bien sûr la question de fond n'est pas et ne sera jamais : est-ce qu'il était éthique qu'il dispose d'un argent qui lui était destiné, mais puisque tous les économistes - ceux de gauche compris - jugent qu'il a le meilleur programme pour redresser le pays, est-il salutaire pour notre avenir qu'il soit élu. Cette question m'importe, qu'il se maintienne, que les urnes disent ce qu'en pense la majorité des français, que les déçus se comportent démocratiquement en laissant travailler le candidat élu. Quel qu'il soit, il sera légitime au droit de la loi, des institutions et de la volonté du peuple.

AMEN