Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

vendredi 14 octobre 2016

La Pensée du Jour

Pas d'écrivain, pas de littérature
Pas de littérature, pas de livres
pas de livres, un Nobel quand même
                                                                                                          Môa

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour Môa
J'ai cherché sur internet si "livres" s'écrit au pluriel après une négation; c'est pas évident du tout les réponses trouvées!
Cette remarque ne doit pas être considérée par Tôa comme une critique d'une faute d'orthographe éventuelle mais comme un véritable questionnement de ma part quand j'écris ce genre de formule; j'aimerais avoir ta réflexion à ce sujet. Louis Novos

Marc Delon a dit…

no sé... je pense qu'il n'en faut pas, à la relecture ça me choque un peu... si un éminent correcteur d'édition passe dans le coin...

el Chulo a dit…

Accord avec "pas de" et "sans"
Par Marc81 dans Accord le 21 Mai 2011 à 08:58
Tordons tout de suite le cou à une idée fausse : non, ce n'est pas parce qu'une expression est négative qu'elle doit forcément être au singulier ! La négation peut tout à fait porter sur la pluralité.
Pas de et sans peuvent donc être suivis aussi bien du singulier que du pluriel, selon que le nom auquel ils réfèrent suggère logiquement l'idée d'unicité ou de pluralité. Une fois de plus, c'est le sens qui commande.


donc ici comme il n'a produit aucun livre ce serait plutôt pas de livre, alors que par exemple on dirait "pas de livres de cuisine" dans cette bibliothèque. en tous cas, c'est ce que je crois avoir compris!


En général, le nom garde le nombre (singulier ou pluriel) qu'il aurait dans une tournure positive → il suffit donc le plus souvent, pour se décider, de remplacer sans par avec et il n'y a pas de par il y a.

Un couteau sans manche (un couteau ne peut en avoir qu'un) mais Un gilet sans manches (un gilet avec des manches → pluriel).
Un devoir sans fautes (plus fréquemment que sans faute) mais Je viendrai demain sans faute (= assurément).
Un homme sans parole mais Une histoire sans paroles.
Une personne sans intérêt (= pas digne d'intérêt) mais Un crédit sans intérêt ou sans intérêts (= qui ne rapporte pas d'intérêts financiers).
Être sans emploi (on ne peut généralement en avoir qu'un).
Je n'ai pas d'argent (j'ai de l'argent → singulier).
Il n'y a pas de cheminée dans ce salon mais Il n'y a pas de meubles dans ce salon.
Il n'y a pas de danger que...
Sans autre formalité mais Sans plus de formalités.

Souvent, le sens (ainsi que le... sans) peut offrir le choix :
Je n'ai pas de problème(s) (selon que l'on privilégie le fait qu'il puisse y en avoir un ou plusieurs).
On l'a traité sans ménagement(s).
L'Académie précise cependant que, « dès lors que ce dont on parle peut suggérer l’idée de pluralité, c’est le pluriel qui est le plus fréquent ».



Remarque 1 : On notera que les noms abstraits ainsi que la plupart des locutions s'écrivent généralement au singulier : sans arrêt, sans bruit, sans commentaire, sans condition, sans délai, sans difficulté, sans doute, sans écho, sans effort, sans encombre, sans espoir, sans exception, sans fard, sans gêne, sans hâte, sans incident, sans merci, sans peine, sans pitié, sans précaution, sans raison, sans regret, sans réserve, sans ressource, sans retour, sans souci, sans scrupule, etc. Mais on écrit de préférence : sans bornes, sans limites et sans façons (parfois sans façon).
Le cas de sans histoire(s) est plus hésitant : dans le sens de « sans rien de marquant ni de fâcheux », Robert préconise la graphie au singulier, l'Académie, celle au pluriel (Un voyage sans histoires. Mener une vie sans histoires) ; d'autres voient dans le singulier le sens de « sans passé ».
Le pluriel est évidemment de rigueur avec les noms qui n'ont pas de singulier : sans frais, sans ambages, etc.
Remarque 2 : D'ordinaire, la locution sans pareil varie, tout comme sans égal (sauf au masculin pluriel, selon la plupart des spécialistes). Mais l'invariabilité est également admise.
Des exploits sans pareils mais Des exploits sans égal (et non sans égaux).
Une honnêteté sans pareille. Une honnêteté sans égale.
Remarque 3 : On notera le pluriel du substantif sans-abri (des sans-abri selon la règle classique ou des sans-abris selon les Rectifications orthographiques de 1990), qui tend à remplacer dans le langage courant le terme de sans-logis pour désigner une personne n'ayant pas ou plus de logement.
Remarque 4 : On écrit sens dessus dessous (et non sans dessus dessous, n'en déplaise à Rika Zaraï !)

Marc Delon a dit…

ouhlala... et on retient quoi dans ce cas précis ou Bob en a écrit un seul ?

el Chulo a dit…

ben non, justement!

Marc Delon a dit…

non quoi ? si, ul en a écrit un mais ce n'est pas pour lui qu'on l'a distingué mais pour ses chansons-poèmes...

el Chulo a dit…

ben, je sais pas!

el Chulo a dit…

ah bon! bientôt le forestier alors