Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

jeudi 29 août 2013

Ania et les 100 000 baiseurs...

Ca faisait longtemps que je n'avais pas écouté les infos - huit jours - et la reprise avec le monde ''normal'' est assez tonitruante, dans le genre ''de pire en pire''. Pas de doute, le monde change... Pour devenir riche ou célèbre, quand on n'a qu'un cul, on ne rechigne pas à s'en servir, ce qui n'est certes pas nouveau en unité de ''nuit des temps immémoriaux'', mais si il y a encore, je sais pas moi, trente ans, on n'en faisait aucune publicité, aujourd'hui on fait savoir ce savoir-fesse et mieux, cette revendication rend fière. C'est un moyen reconnu et plébiscité de promotion sociale. Elles en franchissent même les lignes rouges de l'insondable connerie humaine quand, escorts, elle prétendent sans rire n'être pas des putes... C'est un peu comme si elles nous disaient : << bon ok, je suis une pute, mais encore ça c'est rien... le plus grave c'est que je suis conne...! >>

Ania, elle, n'est pas une pute, elle ne demande que votre énergie et votre semence. Ania c'est autre chose : elle veut devenir cé-lè-bre ! Et entrer dans le Guiness des records. C'est ça, la question existentielle qui taraude les vingt ans d'Ania, na ! Que pourrais-je bien faire pour être célèbre ? Après une longue réflexion, cette ingénue précoce aux avantages plantureux, a trouvé, Ania couchera avec cent mille petits lapins roses parmi ceux qui hantent encore son dessus de lit. Elle précise, la belle enfant naïve, que le dit sexe avec elle, pourra être, à votre convenance, oral, vaginal ou anal, seules les voies du Seigneur restant à ses yeux impénétrables. Je vous l'avais dit, elle est précoce. DSK, Berlusconi sont déjà inscrits.

Si l'amour et les vues spectaculaires de son bassin d'Europe de l'Est qu'elle donnera, certes fugitives et mécaniques, ne sont pas tarifées, car on le rappelle, Ania n'est pas une pute, elle commence son sex-marathon par son pays natal surtout connu pour ses bourrins bourrés, en demandant quand même 40 Zloty (et un zloty se divise en 100 groszy-si ! ) par pénis, enfin, homme, car un record homologable ça se prépare, se valide, s'organise ; bref il y a tout un staff autour d'elle pour jouir de l'aventure. De plus, réalisant soudain que si les voyages forment la jeunesse, ils vident les bourses (bon, là, j'ai pas fait exprès mais ça fonctionne...) elle propose un fond de subvention par pays. On peut donner un euro propose-t-elle en exemple, qu'elle rangera bien soigneusement pays par pays et quand un budget réaliste de défraiement voyagiste se sera constitué chez, mettons, the queen Elizabeth, elle décrètera : Banzaï for England, à la rencontre des rosbeefs punters !

Elle envisage la chose par week-end et quand cela sentira de trop le caoutchouc brûlé - car on espère que la belle enfant aura la clairvoyance de se protéger - la semaine sera stationnaire sur le bidet avec les conseils avisés de Rika Zaraï qui a toujours prôné le bain de siège comme recherche autocentrée d'équilibre personnel.

On avait déjà eu l'étudiante Portugaise réaliste qui avait vendu sa virginité aux enchères (pour payer ses études...) à un Japonais, pour huit cent mille euros, ce qui apparaît peut-être comme plus intelligent en gestion (jackpot sur un coup) sauf que la Polak, elle, elle aime ça, ce que la vierge ne pouvait qu'ignorer. Bon enfin, assez parlé, volà son site, on s'inscrit, on laisse son email, son 06 et on sera prévenu, tout baigne.

Si je me suis inscrit ? Qu'est-ce que ça peut vous... foutre ? Ben, non... j'aime pas le rose... Car comme dit l'autre << dès que t'as éjaculé t'es comme un con...! >> Aporie, vous en conviendrez, vu que vous venez à peine de le quitter...
Le plus intéressant étant tout ce qui précède l'acte et la magie du premier baiser qui renferme tant de promesses. J'ai dû vieillir... Soit tout ce qu'elle supprime en tonitruant qu'elle est déjà d'accord pour tout, avec tout le monde, n'importe où, soit le meilleur moyen de s'attirer la fange de l'humanité. Bonne bourre, Ania. N'oublie pas de tenir un journal, tu feras un livre après, t'es déjà assurée d'en vendre minimum deux cent mille exemplaires... (les cent mille consommés et les cent mille frustrés pas choisis)  je serais éditeur, quitte à aller courir te retrouver au Diable Vauvert, (eh oh, vous pigez là-bas depuis la roubine ?) je te ferais vite signer un contrat pour ton futur best-seller traduit dans le monde entier. Bon si vraiment il faut un rédacteur pour s'enfermer à la laune avec toi durant deux mois, je pense que tous les vainqueurs du prix Hemingway (ouf!) pourraient se relayer semaine après semaine pour acquérir les bases du Polonais. C'que j'en dis...

4 commentaires:

Marc Delon a dit…

Y'en a qui lisent ce blog qui se sont incrits en catimini... j'ai les noms...

Anonyme a dit…

moi aussi... il y a un certain Jean christophe T, mais apparament il a mal rempli son inscription car le site est en polonais....il c mis dans la section XXL... alors qu'il n'a rien a faire la...!

Anonyme a dit…

cet article est deplace. cela ne m ettone pas. c est pour prouver que la femme est stupide dans toute sa connerie. merci de nous rabaisser encore une fois.

Marc Delon a dit…

Chère anonyme amie, il n'y a que moi pour juger de ce qui est déplacé ou pas sur mon blog. Et comme je suis un garçon multi-poly-éclectique, vous n'en avez pas fini...
Et je crois qu'en fait je place tellement la femme sur un piédestal que je suis souvent déçu !
Bises...