Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

vendredi 2 août 2013

Les Chroniques du Moun

Zaza de la chronique a encore frappé : treize ans qu'elle alimente son webzine bi-mensuel aussi malicieusement qu'une fouine - ben quoi ? c'est un joli petit animal, la fouine - son garde-manger, avec de bonnes photos, de bonnes resenas, et de petits commérages entre amis toujours acidulés. De nombreux scoops aussi, tiens, par exemple, vraisemblablement grâce à une admiration aussi secrète que sans bornes qu'elle me voue, elle n'arrête pas de me traiter "d'écrivain nîmois'' histoire de vérifier que je ne me la pète pas trop en m'affublant de ce titre honorifique aussi ridicule que superfétatoire... On ne réussit pas à savoir si elle le pense vraiment ou si elle se moque et tout son webzine réside dans cet entre-deux... parce que bon, il y avait quand même des types plus intéressants comme Deck ou Mariou foutrement plus écrivains que moi, mais non, c'est moi qu'elle a interviewé ce qui au passage pourrait en dire long sur la médiocrité de son choix éditorial s'il n'y avait cette affection presque maternelle qu'elle me porte quasi inconditionnellement (ça, c'est juste pour l'embêter...) elle qui assista à ma naissance scribouillarde diffusant de ses petits bras musclés au volant de son bolide - une vieille 4l - l'historique "Sentiments aficionados" le livre que tout aficionado aurait voulu écrire (c'est elle qui parle...)
Moi qui ai horreur d'être braqué par le moindre objectif, elle a volé mon âme au crépuscule après une journée de mijotage à 36° et un pichet de Tinto Verano déshinibant chez Pedrin Sévilla ex-torero raté - je dis ça comme ça j'en sais rien...- et bodeguiste avisé expert en tapas modiques et succulents saupoudrés à la danseuse flamenca, c'est là et j'ai selon les jours, plus ou moins honte de me voir.


Elle a de plus commis un commentaire sur "Pourquoi ils vont voir les corridas !" avec ce que je considère être le meilleur compliment qui soit : " un livre qui ne ressemble à aucun autre"... Vas-y Zaza lâche-toi :

Vous allez vous dire si vous connaissez l'animal "Quoi, Delon a encore produit un livre ?" En effet, après "Sentiments aficionados" (épuisé,à traquer sur le bon-coin ou eBay), "Sentiments aficionados 2" et "Fantasmatadors", voici une compilation de textes écrits par d'autres. Non je n'ai pas dit que c'était son meilleur livre car il ne l'a pas écrit!
Mais c'est vrai que depuis plus de 10 ans que je le connais, il demande à tout le monde "Pourquoi vas tu voir des corridas ? Fais moi un texte là dessus. J'ai dit pourquoi, pas comment."
Alors enfin un éditeur s'est intéressé au projet, et c'est lui qui a sélectionné les textes.
J'ai aimé la concision de Darrieumerlou "Si je savais vraiment pourquoi je vais à la corrida... peut-être que je n'irai plus". Ou la poésie de Francis Marmande qui cherche inlassablement les deux toros qui ont manqué à son premier paseo. Ou les souvenirs de jeune fille de La Copla, un régal !
Comme par hasard le texte le plus long est celui de Marc Delon lui-même, et comme toujours il se répand, se reprend, s'égare et fini par conclure d'une demie épée.
Ce livre qui ne ressemble à aucun autre peut s'offrir à tout aficionado, et même pourquoi pas, pourrait attirer le non-aficionado, car enfin, c'est vrai ça : Pourquoi vont-ils voir des corridas ?

13 commentaires:

Anonyme a dit…

comment avez-vous géré les droits d'auteurs des différentes personnes qui ont écrit dans votre "livre" ?

Marc Delon a dit…

Ouais ben c'est ça le plan : faire écrire les autres pour m'enrichir moi-même ! C'est une escroquerie en fait... Mais rassurez-vous : si cela me rapporte 150 euros je veux bien filer trois euros à chacun...

Plus sérieusement : Qui parle ? Nom, prénom, âge et qualité ? Numéro de téléphone ? Commissariat le plus proche ?

Anonyme a dit…

Comment sont les gens tout de même, ils ne pensent plus qu'à l'argent!
Merci pour ce renvoi d'ascenseur vers un site, qui bien que très vieux ( mais pas autant qu'une 4L) ne fait de la publicité que s'il le veut bien et sûrement pas contre rémunération .
À+
isa du moun

Maja Lola a dit…

Très bonne idée cette interview de Zaza .... On sent bien que tu t'es régalé !

Quieto ...ton anonyme ne bougera pas une oreille .... certainement un de tes "amis" ;-)

el Chulo a dit…

Pour ton espagnol, ne fais pas de complexe, je le trouve parfait!

Anonyme a dit…

pourquoi cette agressivité dans votre réponse, il n'y a que les personnes autorisées qui ont le droit de poser des questions sur ce blog ? je m'interrogeais, c'est tout, ne voyez pas le mal partout.
quant à l'anonymat qui semble vous agacer, et bien disons que c'est mon pseudo. puisque je suis certain que si j'intervenais sous pseudo, vous n'y verriez aucun mal. pourtant, je trouve le pseudo tout aussi faux-cul que l'anonymat.
Anonyme.

Marc Delon a dit…

non, non, je ne suis jamais agressif mais toujours très moqueur. je connais parfaitement l'identité des gens qui interviennent sous pseudo, ils se sont présentés avant.
Pour le reste, à part pour deux ou trois auteurs peut-être, les livres sur le thème se font par passion dans la quasi certitude qu'ils ne rapporteront à leurs auteurs que des clopinettes... que je veux bien partager à quarante ou cinquante je ne sais plus, là n'est pas le problème. je pense que pour la plupart ils ont été payés du plaisir pris à écrire leur texte, comme moi !
De plus, les auteurs qui se sont confiés l'ont fait en toute amitié et de façon désintéressée...
Enfin, c'était tacite en tous cas... et jusqu'au premier procès éventuel j'espère que cela le restera ! Ils peuvent se signaler en tant que contributeurs à l'éditeur qui leur enverra un livre.
Vous êtes le (la)bienvenu(e)sur ce blog et ce serait sympa avant de poser des questions pécuniaires (pourquoi ? vous avez vous aussi un ouvrage collectif en préparation ?) de savoir qui vous êtes.

Anonyme a dit…

comme je vous l'ai déjà écrit en commentaire, après deux publications, mes écrits restent désormais en ma seule possession, où éventuellement partagés avec des ami(e)s proches, très proches.
les séances de dédicaces, même si elles m'ont faites fantasmer notamment lors de trois ferias, m'ont vite laissé le goût amer de lecteurs plus préoccupés par un rabais sur le modeste ouvrage ou bien par le "tu m'as vu avec l'auteur" (même si ce dernier ne représente rien dans le mundillo (ce qui est mon cas). Donc aucun ouvrage collectif, de toute façon c'est impossible pour moi la collectivité, car je n'aime personne, je suis la parfaite misanthropie incarnée. pardon, je mens, j'aime Isa du Moun, mais ce n'est pas pareil, notre amitié elle et moi, est très ancienne, et c'est une personne sincère, loin du paraître.
maintenant à savoir qui je suis, comme vous ne vous souvenez pas de moi, alors que nous avons déjà échangé ensemble, et bien cela n'a pas grande importance. disons que je ne suis rien, le néant total, le vide absolue, un être inintéressant bourré de stupidité, parfaitement misanthrope mais pas raciste car je ne fais aucune discrimination puisque je déteste tout le monde. ma présentation vous convient-elle ?

Marc Delon a dit…

Non... vous me faites penser à ces patients qui s'étonnent que je ne me souvienne pas d'eux puisque aux se souviennent très bien de leur kiné !
Ils n'ont qu'un kiné, j'ai des centaines de patients...

je ne me souviens déjà plus précisément de ceux que j'ai croisé à Céret par exemple (si, le toubib Breton, salut !) alors en 2009...
De plus, dans le moment présent, je suis toujours ailleurs, moi, un peu dans la lune... isa du moun vous le confirmera !

Marc Delon a dit…

des centaines de patients... dans l'année... pas par jour ! on sait jamais si un inspecteur de la Sécu traînait par là...

el Chulo a dit…

il fait un peu chier cet anonyme! encore un génie ignoré!

Anonyme a dit…

On pourrait me tenir éloignée des turpitudes de l'auteur de ce blog et de ses coms?
Isa du moun

Marc Delon a dit…

Bôah... pour une fois que j'ai un nouveau commentateur je vais pas être aussi radical que toi, chulo, ce serait pas un bon accueil, mais il est vrai qu'on ne comprend pas bien où il veut en venir et pourquoi ça le vexe tant qu'un type, il y a quatre ans, ne se souvienne pas de lui en pleine feria où l'on croise des milliers de gens...
Ecrire étant un des moyens de passer à la postérité, c'est peut-être pour ça...