Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

mardi 18 novembre 2014

La Pensée du jour


Tous les arts sont comme des miroirs où l'homme connaît et reconnaît quelque chose de lui-même qu'il ignorait.
Alain

10 commentaires:

el Chulo a dit…

mouais!

Marc Delon a dit…

HA ! HA ! Ha !
maintenant quand je publie une pensée du jour, je pense à toi...

Bon tu as vu qu'on te réclame du côté de Salon de Provence ?

Anonyme a dit…

Qu'un paysage soit un état d'âme, passons, mais une chaise accrochée à un mur, ou une toile de bâche peinte en beige dans un cadre, cela laisserait peut-être Alain à réfléchir !
Gina

Anonyme a dit…

Comment vous avez deviné que j'allais écrire un post sur le plug anal de Mc Carthy gina... ?
Mais pour en dire du bien ! Vous avouez là votre aversion de l'Art Contemporain, c'est vilain...

Anonyme a dit…

Le pire c'est que j'aime pas mal de trouvailles de l'art contemporain, mais certains supports sablonneux de Fautrier, ou des damiers noirs et blancs ou des sculptures énormes en forme d'étron, ou des arbres poussant à l'envers, feuillage en bas, pour moi, ne sont qu'une vue grotesque du monde, inédite, drôle sans doute, mais que je n'appellerais pas de l'art. J'aime éprouver un sentiment esthétique.
Gina

Pedroplan a dit…

Ainsi moi devant la Joconde, je me rends compte que je suis un Jocon.

Marc Delon a dit…

"J'aime éprouver un sentiment esthétique"

Je ne crois pas que ce soit le propos de l'Art contemporain, je ne crois pas que c'est ce qu'il faut en attendre...

Ludovic Pautier a dit…

Non mais Alain qui quoi !

el Chulo a dit…

Putain, ça vaut pas la peine! Et comme dirait ludo, "Non mais Alain qui quoi?".
Chère Gina, je crois que pour les scatos la merde a quelque chose d'esthétique et de plus savoureux. Et de plus, je ne pense pas que l'émotion devant une œuvre d'art, moderne ou classique ait à voir avec l'esthétisme.
C'est précisément ce sentiment "d'esthétisme" qui a tué la corrida.
Je pense que l'art (tiste) doit parler de l'homme, car l'artiste ou le poete est un medium.

Anonyme a dit…

Chulo, je vous comprends quand vous parlez de corrida (même si j'entends d'ici rire Marc Delon) en pensant aux simagrées belles et risquées de certains acteurs friands d'acclamations.
D'accord aussi pour admettre que les scatos ont le droit d'exprimer leurs goûts.
Mais je crois que le medium artiste nous touche, nous émeut justement quand une parcelle de son oeuvre résonne en nous, forçant notre contemplation, notre arrêt sur image, quand un quelque chose d'infime dans son oeuvre est mystérieusement relié à une part de nous-mêmes. Alors on trouve beau, peut-être n'est-ce que parlant. - Et par cela, on rejoint peut-être Alain et Marc qui veut nous bouger les neurones.
Gina