Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

lundi 19 janvier 2015

Pas Charlie...


Vu sur le net :



Cet ignoble attentat et le sentiment d’horreur qu’il suscite ne doit toutefois pas masquer la réalité. On peut penser que les journalistes et dessinateurs de Charlie Hebdo représentaient l’insolence, la satire, l’anticonformisme l’intelligence et le courage, mais on ne peut pas dire qu’ils représentaient la liberté, la liberté d’expression, la liberté de penser.
 En 1996, les piliers de l’hebdomadaire (Cavanna, Charb et Val) lancent une pétition pour faire interdire le Front National. Pour les idées qu’il défend, pas pour des actes illégaux.
 Plus récemment, Charlie Hebdo s’en est violemment pris à Eric Zemmour et demandait de l’interdire d’antenne.
 Val, le Directeur de Charlie Hebdo s’est glorifié d’être “les héritiers des porteurs de valise du FLN''. La liberté d’expression ne peut être réservée à ceux qui sont politiquement corrects !
 Le chœur de louanges adressé aux dessinateurs de Charlie Hebdo a quelque chose de malsain et de dangereux pour la liberté lorsqu’il émane de personnes qui se sont illustrés pour leurs actions destinées à empêcher ceux qui ne pensent pas comme eux de s’exprimer.
 Je cite un article paru sur Boulevard Voltaire qui s’adresse aux politiques et journalistes :
 

 Vous êtes Charlie aujourd’hui, mais vous n’étiez pas Éric Zemmour hier, quand il s’est fait virer d’i-Télé pour raisons politiques. Pire encore : vous pétitionniez à tour de bras pour l’évincer du service public.
 Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas mon ami Robert Redeker en 2006, quand un papier critiquant l’islam dans Le Figaro lui valut une tornade de haine : graves menaces de mort qui le gardent encore aujourd’hui sous protection policière, désaveu et silence de la classe intellectuelle et journalistique, lynchage dans les règles de l’art sur le plateau d’ ONPC .
 Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Clément Weill-Raynal, pour certains votre confrère, mis à pied de France 3 pour avoir révélé l’affaire du « mur des cons » dont il fut le plus triste fusillé.
 Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Ménard à son licenciement, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tasin à leurs procès respectifs pour avoir critiqué l’islam.
 Vous êtes Charlie, mais vous trouvez normal que le FN soit exclu de la manifestation hommage de ce dimanche à laquelle tous les partis seront conviés, et alors même que vous défendez l’union nationale, dont notre pays a, en effet, plus que jamais besoin.

 
 Je partage totalement ce qui est écrit.
En tant que Chrétien et Catholique, je peux prier pour les victimes de cet attentat et pour leurs proches, mais je ne me sens pas pour autant obligé d’approuver tout ce qu’on fait ces dessinateurs et journalistes dont les actes ne correspondaient pas toujours aux grands sentiments dont on les pare aujourd’hui.  Un site internet vient de publier quelques unes de leurs “meilleures” caricatures, dont celle du Pape en train de sodomiser un enfant.
 Non vraiment, je ne suis pas Charlie …

11 commentaires:

el Chulo a dit…

En tant que Chrétien et Catholique, je peux prier pour les victimes de cet attentat et pour leurs proches, mais je ne me sens pas pour autant obligé d’approuver tout ce qu’on fait ces dessinateurs et journalistes dont les actes ne correspondaient pas toujours aux grands sentiments dont on les pare aujourd’hui. Un site internet vient de publier quelques unes de leurs “meilleures” caricatures, dont celle du Pape en train de sodomiser un enfant.
Non vraiment, je ne suis pas Charlie …


Voilà tout est dit. Ben alors faut arrêter de protéger les grands de l'église ou les moins grands pédophiles. Ou arrêter de culpabiliser les femmes qui subissent une IVG. Ou dénoncer le mariage pour tous. Ou tout simplement, que les réactionnaires arrêtent de nous emmerder.
Que ce type garde ses prières pour lui et sa connerie et son obscurantisme, les gars de charlie et les autres n'en ont vraiment rien à foutre, surtout les gars de Charlie.

Marc Delon a dit…

C'est effectivement le paragraphe de trop mais jusque là, je comprends bien ce qu'il veut dire, la liberté d'expression ne doit pas être sélective, seulement légitime si elle est ''raccord'' avec leurs idées...
C'est ce que j'exprimais dans mon premier post en somme...

gina a dit…

C’est un article vrai et qui devrait se répandre afin que la majorité des Français n’aille pas penser que la liberté d’expression existait. Elle n’a jamais été que dans la tête des dominants.
On n’a jamais autant parlé des Lumières, de Tolérance et même ressorti La prière à Dieu de Voltaire, Il n’empêche que la laïcité dont on devrait être fiers, a toujours été confondue en France, depuis 1905, avec l'anticléricalisme et surtout l'anticatholicisme.
Il me semble Chulo, que l'Eglise a essayé de faire son examen de conscience avec les scandales révélés sur l'évêque de Boston, ou d'un autre en Irlande. Mais c'est sûr que toutes les Institutions se protègent par le silence ou le mensonge.

Anonyme a dit…

De la même manière que l'on nous démontre, force témoignages à l'appui et autres démonstrations pédago-historiques sur les véritables fondements de l'Islam que les hihadistes et autres "fous de Dieu" ne représentent pas tous les musulmans croyants ....

souffrez d'entendre que TOUS les catholiques ne cautionnent pas les pédophiles, ne condamnent par le droit à l'IVG, etc ... etc ...

Ce que je retiens c'est bien que la libre expression ne doit pas être sélective et que, in fine, nous sommes tous les horribles jihadistes de quelqu'un

Anonyme a dit…

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Ménard à son licenciement, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tasin ...

Il n'y a pas de parallèle possible.

Le "Je suis charlie" lorsqu'il fut lancé dans les minutes et les heures qui ont suivies était simplement l'expression de l'horreur d'une exécution armée.
EXECUTION ARMEE... des armes, le feu, le sang, la MORT.

Robert Ménard, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tasin ne sont pas tombé sous les balles, n'ont pas été exécutés.
Personne ne leur souhaite d'ailleurs.

Alors le parallèle est hasardeux et à vrai dire assez affligeant.


gina a dit…

Anonyme, vous avez raison :quand on catégorise les gens avec mépris (cocos, bobos, gauchos, cathos, fachos...) sans tenir compte des individus, on est des nazillons djihadistes, tout ce qu'on veut...

Gina

Marc Delon a dit…

S'il faut attendre des meurtres pour défendre la liberté d'expression, alors...

j'adore catégoriser, moi : et ils sont où les toreristas- bobos-misogynes, hein...?

gina a dit…

On a tous tendance à fourrer les gens dans des catégories.
On se fabrique des apartheids... avec des mots, selon l'humeur, qui se disloquent dès qu'on connaît les individus!

Anonyme a dit…

"S'il faut attendre des meurtres pour défendre la liberté d'expression, alors…"

En quoi la liberté d'expression de Robert Ménard Michel Houellebecq ou d'autres a-t-elle été menacée ou remise en cause dernièrement ?

Si les écrits d'un journaliste vont trop à l'encontre de la ligne éditoriale du journal qui le rémunère il est normal qu'il s'en défasse.
On n'image pas Finki écrire dans Libé ou Caroline Fourest au Figaro.

Je suis certain que Minute aurait accueilli Menard à bras ouverts. Et Minute à pignon sur rue et est vendu librement, à ceux qui veulent l'acheter.

Quant à Houellebecq son livre est en tête des ventes… En quoi la liberté d'expression de Houllebecq a-t-elle menacée ?
Après, que le livre provoque les commentaires idiots et dogmatiques de crétins qui ne l'ont sans doute pas lu, ce n'est en rien une atteinte à la liberté d'expression.
Ce serait même plutôt le contraire.



Marc Delon a dit…

"Finki" (un copain à toi ? ) à Libé et Fourest au Figaro, quel dommage que ce ne soit de temps en temps pas le cas pour leurs lecteurs respectifs...
Finalement on n'achète que ce que l'on a envie de lire... on ne risque pas de s'ouvrir l'esprit comme ça...

Sinon ben oui, quand tu passes devant la justice pour avoir écrit ou dit que l'Islam est la religion la plus con du monde et que ce n'est pas des bombes qu'il faut leur envoyer mais des porte-jarretelles et des rouge à lèvres, c'est que ta liberté" d'expression est menacée...

Voire pire, condamnée comme pour Zemmour qui a dit en l'occurrence ce que tout le monde constate dans la vie courante, ce qui ne veut pas dire qu'on est con au point de penser que c'est général...

Quand mon patient de la semaine dernière, arabe de naissance et gardien de prison de son état me dit que 80% des prisonniers sont maghrébins il "stigmatise" aussi comme Zemmour ? Il doit être condamné ?

Donc, la liberté d'expression, c'est un truc assez relatif, selon qu'elle soit "convenable" ou "choquante" pour le ventre mou de la population, selon la tribune d'où elle est émise, selon par qui elle est diffusée entendue, etc...

Marc Delon a dit…


L'original :


Alors, comme ça, vous êtes des Charlie? Vous, la meute tirant à vue depuis des années sur tous ceux qui vous dérangent, vous vous émouvez maintenant que la mitraille retentit contre votre camp ?


Maintenant que les cadavres ont refroidi, passons aux choses sérieuses. Le choc et le recueillement s’estompant, il est déjà temps, avant qu’il ne soit trop tard, de sortir les plumes des fourreaux, de dégainer les idées brûlantes, enfin, de battre le fer tant qu’il est chaud.

« Je suis Charlie », dites-vous d’une seule et même voix. « Je suis Charlie », annoncent les pancartes que vous brandissez dans les rédactions.

« Je suis Charlie », scandent vos avatars et vos hashtags sur les réseaux sociaux. Et vous avez bien raison.

Seulement…

Vous êtes Charlie aujourd’hui, mais vous n’étiez pas Éric Zemmour hier, quand il s’est fait virer d’i Télé pour raisons politiques. Pire encore : vous pétitionniez à tour de bras pour l’évincer du service public.

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Redeker en 2006, quand un papier critiquant l’islam dans Le Figaro lui valut une tornade de haine : graves menaces de mort qui le gardent encore aujourd’hui sous protection policière, désaveu et silence de la classe intellectuelle et journalistique, lynchage dans les règles de l’art sur le plateau d’« ONPC ».

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Clément Weill-Raynal, mis à pied de France 3 pour avoir révélé l’affaire du « mur des cons » dont il fut le plus triste fusillé.

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Ménard à son licenciement, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tassin à leurs procès respectifs pour avoir critiqué l’islam.

Vous êtes Charlie, mais vous soutenez toutes les lois mémorielles qui empêchent les intellectuels de faire leur travail, pour le bien de l’Histoire et de la vérité.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes pas Richard Millet face à la meute, vous n’êtes pas Alain Finkielkraut ou encore Ivan Rioufol, brillant d’intransigeance mais déchiqueté comme un gigot jeté aux lions sur le plateau d’« On refait le monde » ce jeudi 8 janvier.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes rien de ce qui sentirait trop le soufre, vous êtes les dénonciateurs de tous ceux qu’on abat sur l’autel du politiquement correct, vous êtes ceux qui tenez le fusil, les bourreaux objectifs de tous les indésirables de la liberté, de votre liberté à vous et à vous seuls.

Pourtant, la liberté n’a qu’un seul visage. C’est la liberté pour les sains d’esprit, la liberté pour les fous, la liberté pour les noirs, la liberté pour les jaunes, la liberté pour les blancs, la liberté pour ceux qu’on désapprouve peut-être mais qui font la diversité et la santé intellectuelle d’un pays.

Vous n’étiez pas ces gens, et aujourd’hui vous êtes Charlie ? Vous vous mentez, vous nous mentez. Vous êtes ce qui vous arrange, quand cela vous arrange. Vous n’êtes pas Charlie, vous êtes Charlot. Et tant que vous ne défendrez pas les principes que vous dites avoir au cœur jusqu’au bout, vous le resterez.

Une chose encore, le summum de la connerie a été atteint par Jean-Michel Ribes, qui s’est livré sur BFMTV à un amalgame entre les intégristes musulmans et les intégristes catholiques qui, comme chacun le sait, trouvent dans l’Évangile la justification des actes terroristes qu’ils commettent chaque jour.

C’est vrai que c’est courant de voir aux actualités des catholiques intégristes, couper des têtes, crucifier des hommes, violer des femmes, tuer des enfants juifs, tirer au lance-roquette dans un journal ... !

Les mots manquent pour dénoncer une telle débilité intellectuelle.....

Comme quoi la preuve est faite, à chaque drame, que les gens dits
intelligents sont souvent beaucoup plus crétins que le commun des mortels.

Mais ça nous le savions déjà…

Général DELAUNAY ancien chef d'Etat -Major