Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

dimanche 17 juin 2012

Football : l'image sans le son.

Question Roland j'ai toujours préféré la légende de Roncevaux ou encore la peau chocolat satiné de Sonia. Thierry Roland n'était pas un seigneur de la langue française, ni un prince de la syntaxe ou un troubadour de la géniale métaphore. A vrai dire, s'il nous représentait si bien, c'est qu'il incarnait remarquablement le franchouillard de base, maniant la mauvaise foi et la vulgarité, parfois même jugé limite "racistoïde", bien que le pays soit si prompt à manier la suspicion. Tout son art, finalement, a consisté des années durant à nous dire ce que l'on voyait par nous même, que machin passait la balle à truc qui remisait sur bidule lequel d'un contrôle orienté servait à nouveau machin. Avec une variante parfois car Tartempion avait intercepté. Le commentaire intéressant n'était pas de son fait, il était  de celui qui l'accompagnait, le plus souvent Larqué, qui lui, pour avoir pratiqué à un haut niveau, lisait mieux le jeu et donc le match. Mais sa médiocrité était l'écho chauvin de la nôtre et surtout, tel un réflexe Pavlovien, donnait sa couleur à l'événement. C'est comme ça, je l'entendais depuis ma naissance, match après match. Il y avait vingt-deux joueurs, trois arbitres dont deux de touche, deux cages, Thierry Roland, et à la fin, la France perdait. Ce qui était souvent le fait arbitral parfois qualifié de "salaud" dans l'emportement.

Dans mon audiothèque enfantine personnelle liée à la télévision, depuis le tout petit écran noir du premier modèle que mon père installa un jour solennellement dans le salon avant qu'elle n'implose transformant l'appartement en camp de pompiers que ma mère abreuvait et nourrissait copieusement pour les remercier d'avoir vidé la mousse de leurs extincteurs sur la belle tapisserie fraîchement posée, à armoiries royales stylisées qui avait coûté plus qu'un bras, il y a des voix que j'entends encore très distinctement. Une femme, dont le Pompompidou m'avait fasciné, Marylin, donc, et six hommes : De Gaulle pour la politique, Zitrone pour intervilles, le désagréable Guy Lux pour la variété, Chapate pour le Tour de France où, magie des ondes, je voyais parfois mon père sur le podium remettre l'écharpe "Le Toro" au vainqueur de l'étape, Roger Couderc pour son enjoué "Allez les petits" adressé à des gaillards de cent trente kilos et ringardo médiocrito Roland Thierry parce que c'était lui, parce que c'était moi, parce qu'un génie de dix-sept ans, Pelé, jouait pour le Brésil au rythme des batucadas et se jouait de ses adversaires. Il était donc le dernier son télévisuel de mon enfance sans lequel le foot aura une autre saveur. Meilleure, peut-être, mais qui n'est plus l'originelle. D'une époque éteinte avec lui. Maintenant, Roland, c'est par en dessous qu'il verra la pelouse.

20 commentaires:

Anonyme a dit…

En ce dimanche où après m'être agacé à regarder le cancer de la tauromachie "Toros para todos", à attendre la novillada à Roquetas-de-Mar avec les deux lèche-cul de service, Enriqueta Romero et Ruiz Miguel, à espérer que Ségolène battue ira twister son blues, j'ai quand même bien aimé ton oraison funèbre de Thierry Roland. J'ai été amusé par ton choix des six voix qui avaient persisté dans ton audiothèque télévisuelle : le premier a fait virer les cinq autres de l'ORTF ! Léon, Guy, Robert, Roger et Thierry, tous très favorables au binze de mai 68 et tous très gauche-caviard.
Ton image d'un Thierry Roland qui allait désormais regader le foot par dessous la pelouse est superbe. Mais alors, ne faudrait-il pas interdire aux joueurs de cracher à longueur de match ?
JLB

Anonyme a dit…

Certains morts ont de la chance.
Gina.

Anonyme a dit…

Bal tragique à La Rochelle : Ségolène s'écroule après un twist.
JLB

el Chulo a dit…

Moi j'ai aussi une pensée pour Morano et pour Lang!!

Marc Delon a dit…

et pas pour le peuple cubain, après le reportage d'hier soir ?

el Chulo a dit…

ben non j'ai pas vu et puis, peuple, populisme, le peuple a toujours eu de curieux alliès de circonstance! voir l'histoire au moins du vingtième siècle.

Marc Delon a dit…

Pas vu.... ? Malgré mes nombreux avertissements sur ton blog...? Trop fort... Imparable... quoique... sur pluzz.fr tu peux le revoir et il le faut.

el Chulo a dit…

Vu! Franchement je ne vois rien de contradictoire avec ce que j'ai écrit, si tu lis bien. de plus, je n'ai pas encore terminé l'exercice.

Marc Delon a dit…

Ah non mais je ne l'envisageais pas comme une pièce à charge qui s'inscrirait en faux par rapport à tes articles, juste comme un complément d'information pour tempérer ce qu'il est en France très tendance de considérer comme super chouette que cette révolution... et quand on y va et parle avec eux on se rend vite compte que c'est pas le vilain embargo américain qu'ils regrettent et rendent responsable de leur misérable condition...

el Chulo a dit…

l'embargo a influé terriblement, et influe toujours. quant à "misérable condition" je ne pense pas que ce soit le mot exact, c'est l'objet de ma série.
le problème est bien plus pour eux, ce qu'essaie de faire raoul, ouvrir l"économie de marché, tout en préservant certains points qu'on le veuille oui non positifs, à coté de choses réellement ineptes:censure, interdiction de "satellite", autarcie, restriction des libertés, ensemble qui fait de cuba un objet socio politique pour le moins étrange.

Anonyme a dit…

et cette C... de birmane au nom imprononçable qui nous a empêché d'avoir des JT 100 pour 100 Thierry Roland.pouvait pas le faire après la finale de l'Euro son discours de m...? font chier ces eunuques du ballon rond. le jour où la Birmanie sera qualifiée pour le mondial, ça oui ça fera avancer les choses. d'ici là, comme disait le grand Thierry, c'est comme les coréens , ils se ressemblent tous.ahahahaha !

jean michel larqué

Marc Delon a dit…

je ne sais pas ce qu'il te faut pour justifier de "misérable condition"... leurs maisons tombent, ils n'ont rien, ils ont faim, de magnifiques jeunes femmes proposent des sex-sessions à de vieux dégoutants comme moi, si c'est pas la misère...

Raoul essaye surtout de ne rien faire mais concède sous la pression d'un peuple qui étouffe et se meurt, quelques bricoles...

Pedroplan a dit…

Après avouir lu ces brillants échanges, je me demande en quoi Thierry Rolland est responsable de la situation à Cuba

Marc Delon a dit…

+ 1 excellent :-)

Anonyme a dit…

Ca continue !

Nasri (en cherchant à esquiver les journalistes) : «Vous nous cherchez toujours des noises...»

Le journaliste : «Eh ben casses-toi, alors... Tes réactions m'intéressent pas dans ce cas.»

Nasri (revenant sur ses pas) : «Tu me dis -casses-toi- ? Viens on va régler ça là-bas...»

Le journaliste : "C’est ça…"

Nasri : «Va te faire enc****, va niq*** ta mère, sale fils de p***. Va te faire enc****, comme ça tu pourras dire que je suis mal élevé.»

Mais que fait la HALDE ? Et Yannick Noah ? Et Jack Lang ? Et Stephen Hessel ? Dommage que Yves Montand soit mort (et enterré, et déterré et re-enterré et re-deterré et re-re-enterré, ouf enfin !) il aurait signé une pétition pour le RESPECT.
JLB

Marc Delon a dit…

Nasri ne connaît pas "des noises" je ne crois pas... bien trop littéraire... moi j'ai lu (ai acheté l'Equipe tout exprès) qu'il lui aurait dit :
<< va écrire de la merde >>
avant les nombreux "enculés" de service, ventre - si on ose dire - de son vocabulaire.

el Chulo a dit…

je crains que malheureusement on soit au coeur du problème du foot en france mais aussi de valeurs usurpées d'intégration, ce qui est bien plus grave. foot que je déteste et pas qu'en france, pour la vulgarité de ses supporters, leur violence, les pseudo valeurs véhiculées, les gesticulations indécentes des joueurs etc.

Anonyme a dit…

Mon commentaire n'avait point lieu de figurer dans votre blog, mon cher. Les "noises" dont vous me fites remarquer qu'il ne s'agissait pas du terme exact, concernaient en réalité un échange fort vif entre Jean d'Ormesson et Jean-Loup Dabadie à l'entrée des vestiaires de l'Institut.
J'ai confondu les deux blogs.
JLB

Marc Delon a dit…

et pourrait-on savoir pour notre gouverne quel blog vous fîtes bénéficier de cette intervention noiseuse ?

Anonyme a dit…

oh ! qu'il est suspicieux le Marc ! Mais noooon, c'était pour riiiire !
JLB