Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

samedi 24 novembre 2012

Un débat bien RIGOLO grâce à E. de Fontenay...


8 commentaires:

Marc Delon a dit…

On excusera - ou pas - mon titre un tantinet irrespectueux pour cette distinguée philosophe dont je suis certainement très loin de détenir toute l'instruction mais dont je ne peux plus dire "et aussi la capacité de penser" car il ne me semble pas qu'être à même d'illustrer son propos par de nombreuses références historico-philosophiques suffise à étayer un raisonnement lucide, surtout lorsque les bases avouées de celui-ci reposent sur l'observation d'un taureau normand de cour de ferme durant l'enfance et d'une seule corrida vue où l'on a la prétention par exemple, d'y avoir jugé les toros médiocres. Faire valoir ces références ridicules pour asseoir ses arguments la discrédite avec une jouissif entrain ! Comme quoi on peut être très instruit et pas irradiante d'intelligence. Quant à la sentence de médiocrité des toros, (peut-être juste en l'occurence ) énoncée comme parfaite vérité céleste incontestable qui se fonde sur la comparaison de ... une corrida... on voit tout de suite par ce détail statistique sans importance de son discours, la rigueur qui préside à son étude objective ! Les empoignades controversées et pointues d'aficionados sur le thème et ses nuances, alors qu'ils en voient depuis des décennies, témoignent finalement de beaucoup plus d'humilité... tout ça n'est guère crédible, très prétentieux et très partial(chère madame...)
Comme si le statut, donnait forcément un brevet de compréhension à propos d'un sujet dont on ne s'est d'évidence pas posé les questions, autrement que d'avoir lu "des rapports" (du CRAC ??? ) où il serait dûment spécifié -au hasard- qu'on donne la mort à des toros agenouillés, soit une énorme connerie comme on n'en avait pas entendu depuis des lustres !
Je maintiens donc volontiers mon titre irrespectueux car avec de tels non-sens et risibles approximations, elle n'aura pas témoigné de respect non plus, à ses auditeurs.

Anonyme a dit…

Moi je n'ai pas trouvé que c'était un débat de "rigolo", au contraire : des gens intelligents qui savent ce qu'ils disent et qui ont la politesse de se laisser parler, c'est inhabituel. J'admire Wolf, son calme et l'authenticité de ses convictions, sa façon d'expliquer le respect envers l'animal qu'on va tuer et qui se défend sans cesse insoucieux des coups de pique... Quant à Mme de Fontenay son histoire de taureau de ferme n'est pas malvenue me semble-t-il. Ils sont bien de la même espèce ces animaux, sinon de la même race! Vous n'en avez jamais eu un à vos trousses dans la campagne, ce n'est pas qu'en littérature.
Gina

Marc Delon a dit…

Avant que ce blog ne soit ridiculisé plus avant, je rappelle que Gina, notre charmante collaboratrice compétente en littérature comparée, n'y entrave que tchi aux toros bravos ;-)...

je n'ai pas dit qu'ils étaient des rigolos, quoiqu'on puisse se le demander pour l'une d'entre-eux quand on voit sur quoi elle étaye son discours.
j'ai sous-entendu que pour n'importe quel aficionado, ce débat était bien rigolo de par les interventions de cette dame.
Insinuer qu'on s'y connait "en taureaux" parce qu'on aurait fréquenté un Normand de cour de ferme ce qui légitimerait une connaissance approfondie de la caste des toros bravos est à peu près aussi ridicule que prétendre pouvoir sonder l'âme d'un gitan de Sanlucar de Barrameda parce qu'on a connu un obèse Texan qui était de la même race, l'humaine...
Certes les deux peuvent posséder un caractère ombrageux mais là où l'un peut vous rejoindre en un éclair pour vous planter une lame dans le bide, l'autre, à l'idée même d'essayer de se lever de son canapé, en conçoit une flemme paralysante...
Eh bien entre un Bazadais ou un Normand et n'importe lequel des toros bravos même dégénéré, il y a à peu près la même différence.

el Chulo a dit…

numériquement, la corrida c'est de la gnognotte!
quant à wolff chère gina, il devient le bhl de la corrida. on va se marrer non?

Anonyme a dit…

Wolff qui s'indigne des écrits de ce pauvre Hernest quant aux chevaux non protégés.... oui c'est amusant :-)
Wolff littéralement révolté par certains passages de Mort dans l'après midi, oui c'est rigolo...




Marc Delon a dit…

Pour être juste, il explique plutôt que la sensibilité ambiante n'est plus celle d'il y a 70 ans, ce qu'on ne peut nier. Je ne pense pas qu'en 1950 la société ait pu avoir un débat sur le "mariage pour tous" par exemple...

Bref, ce que j'ai voulu dire c'est que E de Fontenay pourrait certainement mieux combattre la corrida si elle la connaissait mieux. Non pas que cela lui fournirait plus d'arguments mais au moins on serait mieux disposés à l'écouter

Anonyme a dit…

De toutes façons ça commence mal ce débat avec A Finkielkraut qui lit" le 18 septembre dernier...." première bourde c’était le 16 !!!
Victorina

el Chulo a dit…

tu as bien raison, marc, il y surement assez dans la corrida actuelle pour la tuer naturellement, sans les inepties des zentils zantis.