Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

lundi 21 septembre 2015

La Pensée du jour

La recherche du plaisir est d'un côté sottise misérable.
Elle poursuit l'apaisement, quand le désir ne peut être apaisé, est avide de n'être pas assouvi.
                                                                                                                 Georges Bataille

11 commentaires:

el Chulo a dit…

putaing!!!!!!!!!!!!!!

Marc Delon a dit…

Bataille, ce n'est pas à la première lecture qu'on s'en sort !

Maja Lola a dit…

Plutôt abscons ... Même après plusieurs lectures.

Marc Delon a dit…

La recherche du plaisir est mue par le désir, moteur puissant tant qu'il n'est pas assouvi, s'annihilant dans l'apaisement, se rechargeant dans l'intervalle.

Non ?

J'ai pas bon ?

je ne vois que le binôme Pedroplan-Gina pour nous démêler ça...

Pedroplan a dit…

Dans l'intervalle de quoi ?

Marc Delon a dit…

l'intervalle entre deux apaisements !

Pedroplan a dit…

Ah oui, mais Bataille, n'est me semble-t-il pas d'accord pour être apaisé. Si j'ai bien compris, il rêve d'une érection éternelle. Ah, ah, la sempiternelle quête de l'éternel, ici transfigurée en absolu de la quéquette. Sans compter que ça doit faire mal au bout de deux ou trois jours, c'est un coup à sauter sur le premier tendron venu, voire sur la abuelita s'il n'y a pas d'autre solution.

Marc Delon a dit…

le retour de bâton du priapisme est sévère je crois : impuissance définitive... même une abuela jamona bouillante, rien, couic...

Pedroplan a dit…

Ah, Priape, quand tu nous tiens !

Pedroplan a dit…

Avec nos bandaisons éternelles,nous sommes mûrs pour le prix de la nouvelle érotique, ce me semble

Marc Delon a dit…

Oui, j'en parlerai peut-être, va falloir écrire sous Viagra et avec contraintes maintenant, avec ce nouveau concours...