Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

lundi 20 février 2012

LENSWORK


Ca y est, un de mes cadeaux de Noël est enfin arrivé. Une revue américaine bimestrielle de petit format 18x22cm à peu près : LensWork. Ouais. Un laconique "Travail d'optique" en titre, sobre et efficace. Ici, on n'est pas dans le racolage ou le sensationnel ni dans la tendance, non, on est chez les vraistographes, pas les fashionistas, plutôt les laboureurs, qui creusent leur sillon depuis des décennies, chez ceux qui maîtrisent leur chambre et en sortent tout le potentiel. (pas celle à coucher counas !)
Alors quand on ouvre cette revue, elle vous "pète à la gueule", jamais ne s'était vue pareille qualité de reproduction. Apparemment tout ne sera jamais qu'en noir et blanc (eh oui, ducon, c'est triste !) même les clowns. Dans ce numéro, un portfolio du grand portraitiste Shelby Lee Adams m'a décalqué la rétine. Ouais mec, c'est come cety que j'te cause, marre des blogs distingués au langage soutenu. C'est du lourd, et "Shelby m'a tuer", ça c'est sûr ! Rassurez-vous, vous pourrez les voir ici plus bas, naviguez un peu dans la colonne de droite, et de ses portfolios prenez les claques, fauxtographes ! Pour mon anniversaire vous pourriez vous cotiser pour m'offrir son livre "Salt and Truth", ben quoi, à quatre cents, ça ne vous ferait pas plus que dix centimes d'euros chacun et je vous rappelle que vous venez ici presque tous les jours pour nada. Salopards de lecteurs planqués, va... Misérables de l'exhibition, couilles molles du comming-out, inhibés du commentaire, encatanés de la prise de position, mous du gland et de la roupette, tiédasses du consensuel, gros... mais qu'est-ce que j'ai moi ce soir ? C'est ce jour de vacances que j'ai accolé au week-end, je suis pas habitué... si je travaille pas dix heures par jour je pète le feu ! C'est le premier Juin, mon birthday, vous avez le temps de vous organiser !

http://shelby-lee-adams.blogspot.com/

On peut éventuellement s'abonner à cette revue en ligne, mais bon, vu que j'ai dépassé le demi-siècle mon univers c'est le papier - la preuve, j'écris à l'ordi...- et même, même, que ces zenfoirés d'ultra-libéraux qui pensent rien qu'à la tune en écrasant le petit peuple, (on est en campagne oui ou merde ?) ils ont pensé à un truc moins cher que l'achat unitaire de tirages : la vente de portfolios ! Vous verrez tout ça par vous même... en googelisant "Lenswork" les potos, j'vais pas non plus tout vous mâcher déjà que j'vous fais découvrir...
Allez, à plus, je retourne là où s'exprime la "photography and the creative process", interwiews and portfolios, Fine Art special editions... et en plus j'améliore jactance et comprenelle en "chakespéare language", bullshits !
Allez, j'vous laisse avec la Troy trombine... un fermier montagnard ultra-libéral sûrement plus humain que la majorité de nos bobos à la con ! Evidemment on lui clique sur le pif pour lui donner toute sa mesure. Quoi kessiya ? Ca m'énerve moi, la mer en hiver !

4 commentaires:

Maja Lola a dit…

Il fallait laisser passer quelques heures pour digérer cette avalanche d'épithètes que tu nous a envoyés à la figure ... mais bon, comme tu nous aimes tellement, nous, les gens, difficile de t'en vouloir (dixit une "mollasse consensuelle")
Ça va mieux ?
La consensuelle qui n'y connaît rien à la photo se permet de donner son avis ... la mémé avec les colliers de ... piments (?) me plaît.
Par contre, le brave fermier me dérange un peu .... il me rappelle un vieux film américain qui se passait dans un cirque .... "Freaks". Il a quelque chose d'inquiétant.
Voyons ce qu'en pensent les vrais spécialistes photo !

Marc Delon a dit…

Allez...? "Mollasse consensuelle" c'est comme ça que tu te vois ? Je n'y aurais pas pensé...

Comment ça, Freaks ? Il n'est pas difforme ou monstrueux notre fermier montagnard ! Ensuite un bon portrait ne pourrait être qu'une bonne figure à la bonhomie rassurante ? Que no !
Moi, je le trouve plutôt rigolo car je m'imagine la scène : le photographe travaillant à la chambre, c'est long et lent à mettre en oeuvre et ça doit faire un moment qu'il pose, papi, pendant que Lee Adams travaille sa règle de Scheimpflug et sa mise au point sur le dépoli... et vu qu'un papi ça a toujours envie de pisser, j'attribue ce regard inquiet plein de réprobation à une envie qui pointe (mais bon,j'ai trop d'imagination...)

ca va mieux, ça va mieux... à peine, avec tous ces putains de lecteurs qui aiment venir se faire injurier sur la toile, n'importe quoi !

Maja Lola a dit…

En tout cas ce n'est pas la foule des grands soirs ... à force d'injurier tes lecteurs ils vont finir par aller chez ton copain canadien ... qui, lui, se paye la tête des gaulois allégement !

Marc Delon a dit…

Je cours après le titre de bloggeur le plus haï et incompris de la toile !