Adieu

Adieu
photo de Anya Bartels-Suerdmont

mercredi 3 avril 2013

CAHUZAC imposé à 75%

Dans la famille de la gÔche humaniste vierge de toute cupidité, celle du socialisme moral et bon, celle du gouvernement de l’exemplarité auto-proclamée, je voudrais le père Lafraude Dubudget chargé de poursuivre les délinquants et autres menteurs par omission de revenus oubliés. Trop top ! S’il s’agissait d’une fiction ou d’une comédie, on reprocherait au scénariste de forcer le trait. Là, c’est dans la vie, et c’est juste parfait. Ca fait tellement longtemps que s'exprime, hautaine, cette gauche drapée dans son armure de chevalier blanc intouchée par les sentiments humains, pure et droite qu'elle serait, flottant diaphane sur son nuage éthéré d'immaculée fiabilité. 



Et moi qui croyais que c’était normal d’avoir un compte en Suisse, que tout le monde en avait… pas vous et moi, non, mais les riches. J’aimerais monter au micro de l’assemblée nationale et gueuler ceci :

 « Qui n’a pas de putain de gros compte en Suisse, ici ??? »

Je vous fiche mon billet (de cinq euros, hé… suis adhérent d'une association de gestion agréée, moi...) que pas un ne lèverait la main !

On ne peut pas fiscaliser une économie à outrance et s’étonner ensuite que les gens qui ont du talent, de la compétence et du mérite, qui bossent dur, soient tentés d'en planquer un peu à gauche, ou à droite, enfin où ils peuvent, après s’être rendu compte que huit mois sur douze ils travaillaient pour un état qui ne s’applique pas les mêmes grilles d’imposition et sponsorise grassement une bande de Jean-foutre constitutionnels ! Si ? Mon cul, oui…

Non, là c’est juste l’erreur de casting qui pèche… ce serait comme payer le salaire d'un avant-centre du Barça à un amputé bilatéral, voyez... ou confier la direction d'un Casino à un braqueur, ou nommer DSK conférencier d'un séminaire de jeunes nonnes traitant des voeux de chasteté... ou (allez, vous en voulez un autre ?) toréer de salon avec un anti-corrida pour mener le carreton... (encore ? chai pô moi, nommer Pedrito administrateur du Cac 40 ? Analyser le quotient intellectuel à partir du cerveau de C-----a ?) il ne pouvait pas rester implanteur de cheveux place Breteuil, le type, au lieu de changer de cap ? Implanter sagement à un tarif prohibitif et jouir des week-ends de luxe sponsorisés par les labos ? Meeuoaa… socialiste de mes pellicules, va ! Attends lecteur, il y avait déjà un signe là : quand tu as pu acquérir une qualification telle qu'elle pourrait rendre de nobles, réels et grands services de santé à tes concitoyens et que tu obliques pour mettre ce savoir faire au service du regarnissage de touffe de ouf, c'est que tu aimes le capillo-tractage de tunes jusqu'à ton compte bancaire ! C'est quand même un parcours tiré par les cheveux eu égard à tes études, non ? D’instinct je me suis toujours méfié des types qui trempaient dans la moumoute, moi. Des rétifs à qui l'épithète ne suffit plus. Ça m’a toujours shampouiné, enfin chafouiné, les perruquiers. De même que les mecs qui n’ont plus qu’une mèche qu’ils laissent pousser, longue, longue, comme une liste de vertus socialistes supposées et qu'ils rabattent sur leur calvitie, nous la révélant alors de ridicule façon. C’est fou ce que le cheveu fait perdre la boule, Bill !

De l’importance du libellé des questions.

Mais rétablissons un peu de vérité dans cette affaire. Non, Cahuzac n’est pas un menteur, il répond honnêtement aux questions mal formulées :

- Avez-vous un compte en Suisse ?

- Non

C’est franc et juste. Il en avait deux. Plus près de nous on lui posa encore la question, c’était toujours non, il avait transféré les fonds à Singapour ! Ainsi fonds, fonds, fonds, les petites marionnettes… que nous élisons.
Bref, résumons : nous sommes en présence d’un ministre du budget, patron de l’administration fiscale, super limier aux basques de la fraude, sport au combien national d’un peuple qui ne reconnaît plus à ses gouvernants la légitimité de ses ponctions et de leurs attributions, qui a caché au fisc l’apport de ces revenus dont on espère une origine peu crapuleuse ou au moins qu’ils ne soient pas des pots de vins ayant influencé les décisions du cabinet de Claude Evin dont il était le collaborateur entre 1988 et 1993.

Sinon, Allôooo, quoi…. !

Je me demande si au point où on en est, le Français moyen est si indigné que ça… s’il n’est pas intimement persuadé que pour être un bon politique il faut être un bon menteur, un bon fraudeur, un bon truqueur, un bon empapaouteur, un bon séducteur sinon comment envisager de conduire un peuple à soi ? On apprend à l'instant que dès 2008 les douanes savaient... qui a donc ordonné le secret à cette époque ? Ca va chier ! Les cerveaux de gauche s'immolent par le sexe et le fric, gare à la morale tant prêchée... Qui abhorrez vous le plus mesdames ? Le gros baiseur lubrique ou le gros fraudeur cynique ? Les deux nous faisaient la nique ! Bâaah... tout ça est tellement humain !

Si jamais on se demandait comment reconnecter les Français avec le monde politique, il faudrait d’abord je crois, éviter de l’imposer à la marge à 75% juste pour un bénéfice de pétoule de taureau de symbole idéologique à la noix et dévastateur signal à tous les investisseurs, pendant qu’on fraude soi-même comme un gros enfoiré de sans vergogne – je suis allé sur le blog de Cahuzac pour lui dire tout le mal que j’en pensais mais on ne peut laisser de commentaires : c’est dommage de n’être point curieux des réactions de ses administrés… - il faudrait, que les quarante pour cent de gens non représentés à l’assemblée nationale, le soient. Peu en importe le prix, ça ressemblerait à ça, une vraie démocratie. Il faudrait aussi comptabiliser les bulletins blancs et comme en Suisse, filer une amende à tous les beaufs qui ne bougent pas leur cul pour aller voter. (~ 90 euros là-bas)

Je note que le justiciable blasphémateur républicain réunit toutes les circonstances aggravantes pour écoper du maximum de la peine encourue soit 375000 euros et cinq ans de prison : mais nous verrons bien de quoi il retournera ! En attendant c’est Obélix qui doit bien rigoler.

Dans cet océan de merde, surnage je trouve un très beau moment, une réaction sincère, un honnête homme sans doute, un socialiste comme l’était mon grand-père, solidaire et idéaliste, une belle indignation, une vraie, pas un objet littéraire creux, mais un cri du cœur, plein de sens et d’amertume, qui serait à poings fermés rentré dans le lard de Cahuzac-le-fraudeur s’il avait été en face de lui à ce moment-là. Une réaction qui met les larmes aux yeux, elle sort du cœur blessé de Gérard Filoche et réconcilierait presque avec l’autre gauche, la vraie, celle des terroirs et pas des barons parisiens plus hypocrites que des sangliers en rut ! Pourquoi des sangliers en rut ? Je sais pas, ça m’est venu comme ça, grouïiiik.

9 commentaires:

el Chulo a dit…

Effectivement, cette séquence en dit plus long que tout commentaire.
Et je sais que cette gauche existe toujours, c'est celle que m'a enseignée mon père et dont je connais quelques représentants.
Le cœur en vrac, humiliés,comme violés, c'est à eux que je pense.

Maja Lola a dit…

C'est bien de traiter le sujet avec légèreté et humour Marc ... mais j'ai été très touchée par les mots de Gérard Filoche ... son émotion réelle et non feinte, son coup de gueule et sa déception sur la trahison et la souillure de ce (et ceux) en quoi et en qui il croit ...

Sale temps, sale société, sale avenir ...

Et même pas un peu de soleil, aujourd'hui !

Editions Atlantica a dit…

Les Editions Atlantica vous invite à découvrir, outre un catalogue substantiel d'ouvrages consacrés à la tauromachie , la réédition du célèbre "Sévillanes" de Jean Cau

www.atlantica.fr

Anonyme a dit…

Peut-être faudrait-il passer au plan R comme rébellion au lieu de barboter dans les eaux saumâtres de l'île tout de même ensoleillée des Indignés. Ces derniers : couilles molles, mansos, tout ce que vous voudrez du siècle. Répugnants de veulerie. Que serions nous devenus si toutes nos rébellions n'avaient été que des indignations? Du Bounty au Potemkine. Comment peut-on avoir autant d'admiration pour ce faisan de S. Hessel ? Mais peut-être que cela nous va comme un gant (de proctologue,)tripasses que nous sommes (devenus).
Il y a mieux à faire que s'indigner de l'affaire Cahuzac. Finalement, c'est un leurre bienvenu pour le beignet et son beurré nantais. Et pour les Coppac et Fillonac et oppositionacs.
Pendant ce temps il pleut à Séville. Dans la petite rue de l'appart il y a désormais une épicière chinoise, une connasse à la gueule impassible. A côté le petit frutero se lamente. Je n'ose pas lui expliquer que Stéphane Hessel a prévu quelque chose pour lui.
Allez, on va se coucher. Echarnos la sabana.
JLB

Marc Delon a dit…

C'était (le dernier commentaire) un compte rendu de mon envoyé spécial à Séville...

Marc Delon a dit…

De pire en pire : pendant que le pays est scandalisé, Hollande fait des bonnes blagues au Maroc ("gouverner c'est pleuvoir" Hahaha, trop drôle ! ) et Bartolone essaye de convaincre Cahuzac qu'il doit renoncer à son poste de député...
Sin Verguenzaaaa... !

Anonyme a dit…

Excellent article !

Jé le biker.

Anonyme a dit…

Comment ne pas être d'accord avec tout et ressentir les mêmes émotions!
Mais on ne doit plus s'indigner ; ça devient habituel, normal en France, que des tricheurs, menteurs, anciennement condamnés par-ci par-là pour une chose vite oubliée, soient au gouvernement et se montrent à la télé pour prêcher !
Rappelez-vous une certaine Georgina Dufoix, dont on n'a plus entendu parler. Elle avait de la dignité !
Gina

Elixirman a dit…

Une citation toujours d’actualité ?


A force de tout tolérer l'on finit par tout accepter... A force de tout accepter l'on finit par tout approuver !

Saint-Augustin