vendredi 14 novembre 2008

La Pensée du Jour :

La première fois que j'ai vu une dame nue, j'ai cru que c'était une erreur.

Woody Allen

5 commentaires:

bruno a dit…

GENIAL!!!!!!!!!!!!!!

Anonyme a dit…

Mais quel bonheur a-t-il eu en constatant, au fil du temps , qu'au contraire, Dieu s'était appliqué.
une anonyme

Marc Delon a dit…

A-t-il identifié une erreur dans la constatation que son corps différait du sien ou dans le fait que ce soit pour lui qu'elle se déshabille ?
Vu son oeuvre, je penche pour la deuxième option !

Anonyme a dit…

Moi non, tellement imbu de lui-même, ramenant comme un bon égotiste, tout à lui, Woody Allen n'a pu que trouver la fille bizarre, pas finie.
anonyme

Marc Delon a dit…

je ne le sens pas comme ça... dans certains de ses films il se présente volontiers comme un avorton innintéressant et laid incapable d'espérer conquérir les créatures de rêve choisies comme interlocutrices. Je ne voudrais pas faire de psychologie de café du commerce mais il est probable qu'il en ait souffert longtemps dans sa jeunesse, vu son physique ! Voir ses copains sortir avec de belles jeunes filles et lui rester seul et malheureux... avant que le talent ne se déclare et qu'il puisse trouver des femmes assez mûres et intelligentes pour être séduites par des qualités plus profondes que "l'enveloppe charnelle"
Il prend sa revanche dans certains films donnant ainsi de l'espoir à nous tous ! Il reste en tout cas trés moderne à 75 ans pour sortir un film comme Vicky Christina Barcelona. Quant à être content de lui, je crois qu'il le peut quand depuis un demi-siècle on déplace des cohortes de spectateurs dans le monde entier...
Déjà, moi, je bombe plus le torse depuis que ce blog est lu non plus par 10 personnes comme au début mais a enregistré deux pics à plus de 100...