dimanche 23 novembre 2008

LA ROBE ROUGE








Moulée dans sa robe rouge, martelant les planches de ses talons, elle est venue embraser nos regards. Elle a dansé, brûlante, incendiaire, fascinante comme une flamme. Puis elle l'a quittée, foulée aux pieds, s'est mise à nu, s'est retournée, nous a toisés et nous a laissés. Seuls.


3 commentaires:

emma a dit…

je reste sans voix devant tant de beauté,de passion et de violence aussi!c'est un spectacle tellemnt prenant!
j'ai adoréé!BRAVO!
emma

bruno a dit…

et moi j 'y vois fort bien la tauromachie et le flamenco sont d'excellentes therapies

El Mijano a dit…

Je suis arrivé trop tard ! Ou elle est sortie beaucoup trop vite....
A Mijas, à Alhaurin Grande, j'ai passé des nuits entières à écouter du cante hondo. Avec cette beauté grâcieuse, j'aurais patienté plus longtemps encore